Mons: non, le R5 ne sera pas prolongé, il ne traversera pas le bois d'Havré

Si le projet du prolongement du R5 avait vu le jour, les automobilistes auraient eu la possibilité de continuer tout droit... à travers le bois.
Si le projet du prolongement du R5 avait vu le jour, les automobilistes auraient eu la possibilité de continuer tout droit... à travers le bois. - © Google maps

Un dossier que l’on croyait définitivement réglé, rangé et oublié depuis des dizaines d’années a refait surface il y a peu dans les pages d’un quotidien: celui du prolongement du R5 à hauteur d’Havré.

Rappel des faits: nous sommes dans les années 70, la sortie Mons-Est vient d’être réalisée et, à l’époque, l’idée est de pouvoir contourner Mons sur ce R5 et donc de percer le bois d’Havré pour…. boucler la boucle. Les travaux d’abattage avaient d’ailleurs commencé et un automobiliste arrivé à l’extrémité de la sortie Mons-Est (photo) découvrait, à l’époque, la travée (les arbres avaient été abattus) censée accueillir ce prolongement routier.

La levée de boucliers, citoyenne et politique (les Ecolos s'y étaient farouchement opposés), fut telle que le projet fut finalement abandonné. Le souvenir de cet épisode explique sans doute l’application avec laquelle la ville de Mons a tenu à démentir la reprise d’un tel projet "le pré-diagnostic de mobilité a identifié un phénomène de saturation de l'autoroute E19-E42 entre Saint-Ghislain et La Louvière, indique le communiqué de la ville envoyé ce jeudi 19 mai, L'une des nombreuses et diverses pistes de réflexion évoquées par le bureau d’étude était la possibilité de prolonger le Ring Est à Havré".

Mais ce communiqué précise directement "Il s'agissait d'une proposition indépendante du bureau d’étude, ne tenant pas compte de la réalité de terrain et n’ayant jamais été débattue au sein du Collège, mais en aucun cas d'une décision officielle et concrète".

Et de conclure, que "le Collège, sur proposition de l’Echevin de la mobilité Pascal Lafosse (PS), a donc adopté ce matin un rapport écartant définitivement cette éventualité".

Les Havrésiens et les défenseurs de la nature seront sans doute rassurés.

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK