Mons: le magistrat le plus élevé de la cour d'Appel, Philippe Morandini interpelle le parlement sur le manque de moyens

Philippe Morandini sort du bois
Philippe Morandini sort du bois - © BRUNO FAHY - BELGA

La justice manque cruellement de moyens. A Mons, la situation de la cour d'appel est criante. Le cadre est loin d'être rempli. Les effectifs sont aujourd'hui au nombre de 21, il manque une dizaine de personnes. Une situation maintes fois dénoncées au ministère de la justice, sans réponse. Aujourd'hui, le premier président de la cour d'appel de Mons, Philippe Morandini, sort du bois. Il a adressé un courrier à la commission justice du Parlement pour tenter de faire bouger les choses... à quelques mois des élections. "On me demande que 21 paires de bras fassent le travail de 31 paires de bras. Moi, je dis: "pas possible", déplore-t-il. 

La conséquence directe, explique le plus haut magistrat de la cour d'Appel, c'est l'arriéré judiciaire qui gonfle semaine après semaine: "il y a deux ans, la cour d'Appel n'avait pas d'arriéré, constate Philippe Morandini. Aujourd'hui, nous passons à un arriéré qui va monter à un an, voire un an et demi pour les dossiers correctionnels. Les Cour d'Assises, je ne sais plus les fixer. Je suis obligé de reprendre moi-même la présidence de Cour d'Assises pour éviter que les gens ne soient pas jugés dans des délais raisonnables". Les retards touchent aussi le tribunal de la jeunesse et tout ce qui concerne les pensions alimentaires et les droits de visite, dénonce le magistrat.
 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK