Mons: le libéral Bernard Beugnies a perdu son combat contre la maladie

Conseiller provincial MR
Conseiller provincial MR - © Tous droits réservés

C'était une figure bien connue à Mons. Bernard Beugnies, conseiller provincial MR, ancien échevin des finances à la ville de Mons, s'est éteint cette nuit. Décrit par ses amis comme un homme engagé, passionné, "fort en gueule" aussi,  Bernard Beugnies était impliqué en politique depuis 1976. A l'époque, il décroche son premier mandat de conseiller communal à Mons, une fonction qu'il exercera jusqu'en 2012.  Parmi les dossiers qu'il a suivis de près en tant qu'échevin des finances et du budget (2010-2012), on retiendra celui du club de foot de Mons. Suite à des divergences internes au MR de Mons, Bernard Beugnies avait décidé de ne pas présenter sa candidature lors des dernières élections communales. A la Province de Hainaut, il présidait la commission "éducation". Il venait de recevoir la médaille de trente années de présence au sein de l'hémicycle du Hainaut.

Le libéral montois n'avait pas que la politique dans sa vie. Il a longtemps donné cours (à la Haute Ecole de la Communauté Française en Hainaut notamment). Il était également passionné de photographie et de dressage de chiens. En 1999, après avoir suivi une formation à la recherche de personnes disparues, il avait passé quatre jours en Turquie, au milieu des décombres d'un tremblement de terre. Avec son rottweiler et toute une brigade cynophile hainuyère, ils étaient venus au secours de plusieurs rescapés.

Bernard Beugnies habitait le village d'Hyon. Il est décédé a l'âge de 68 ans, des suites d'une maladie. Les hommages se multiplient sur la toile. "Bernard Beugnies était un homme bon et loyal. Il avait connu beaucoup de déceptions et de malheurs mais a toujours gardé cette volonté de se battre pour son idéal" (Jacqueline Galant). "Notre mouvement perd un grand nom" (Olivier Chastel). "Nos échanges furent souvent passionnés, toujours loyaux et sincères. Bernard Beugnies va beaucoup manquer à la ville de Mons" (Elio Di Rupo).

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK