Mons: des flèches jaunes pour montrer les déchets du doigt

Des flèches jaunes pour attirer l'attention des automobilistes
2 images
Des flèches jaunes pour attirer l'attention des automobilistes - © Vinciane Votron

Vous les avez peut-être aperçues si vous circulez dans la ville de Mons. Depuis quelques jours, des flèches jaunes sont installées le long de l'avenue Charles De Gaulle, elles pointent le sol jonché de déchets. Canettes, mégots de cigarette, papiers d'emballage: c'est le quotidien des riverains: "Il y a des boîtes de boisson un peu partout"; "Il n'y a que ça dans ma rue, tout le monde vient mettre des saletés tous les jours", "En tant que riverain, je fais attention, je ramasse de temps en temps une boîte et s'il y a quelque chose qui traîne, je le ramasse". 

6000 tonnes par an en Wallonie

Pour lutter contre ce fléau, les pouvoirs publics ne savent plus comment s'y prendre. Les campagnes de sensibilisation à la propreté publique se suivent et ne se ressemblent pas et pourtant, rien n'y fait. Les déchets ramassés le long des routes et des autoroutes de Wallonie représentent 6000 tonnes par an.

Benoit Bastien est le coordinateur de Be Wapp, la cellule wallonne qui vise à rendre la Wallonie Plus Propre: "C'est très coûteux. Il serait plus opportun de garder ses déchets à l'intérieur du véhicule et de s'en débarrasser une fois arrivé à bon port." Le gouvernement wallon a décidé de prendre le problème à bras le corps. Une enveloppe de 3 millions d'euros a été débloquée pour améliorer les infrastructures en rue: de quoi financer des aspirateurs, des cendriers mais aussi 6000 poubelles supplémentaires dans les communes en Wallonie.

Mais attention, le volet répression se durcit aussi. Le nombre d'agents constatateurs devrait augmenter. Sachez qu'une sanction administrative pour incivilité vous coûtera 100 euros. En 2015, cela a rapporté 700 000€ dans les caisses de la région wallonne.

Cette initiative rappelle celle de la commune d'Etterbeek, qui a marqué à la bombe de peinture fluo les crottes de chien qui peuplaient les trottoirs.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK