Mons : des distributeurs de tampons pour lutter contre la précarité menstruelle

Des boîtes ont été placées dans les toilettes fin de l'année dernière. D'autres devraient être installées prochainement.
Des boîtes ont été placées dans les toilettes fin de l'année dernière. D'autres devraient être installées prochainement. - © RTBF

Ce sont des petites boîtes à chaussure placées dans les toilettes de l’université de Mons. A l’intérieur : des tampons et des serviettes hygiéniques. Le tout en libre-service.

L’initiative vient du collectif féministe montois "Les Nouvelles Antigone". Après avoir mené un sondage au sein de l’université, ses membres ont constaté que beaucoup d’étudiantes étaient dans la précarité. Et pour elles, les protections hygiéniques représentent un budget important tous les mois. "Pour certaines, cela revient à 50 euros par mois, explique Zoé Marlier, l’une des membres du collectif. La moyenne se situe à 10€, ce qui fait 120€ par an. Dans un budget d’étudiant, ça compte."

 "Malheureusement beaucoup de femmes doivent renoncer à certaines choses à cause de ça. Alors qu’elles pourraient avec cet argent manger mieux ou s’offrir une sortie", renchérit Oriane Auclair, une autre membre des Nouvelles Antigone.

Récemment, la Belgique a réduit la TVA à 6% sur les protections hygiéniques. Mais pour ces étudiantes, il faudrait aller un pas plus loin et viser la gratuité.

Un appel à la solidarité à l'UMons

Pour alimenter les distributeurs, les étudiantes de l’UMons ont lancé un appel aux dons. "Et ça a très bien marché, poursuit Laure Horlait. Ce qui nous a permis de mettre beaucoup de protections hygiéniques à disposition. Si bien que nous pensons à renouveler l’expérience et créer de nouvelles boîtes."

L’autre objectif de cette initiative est de parler de cette précarité menstruelle et de mettre le sujet à l’agenda. "C’est un sujet assez tabou, reprend Oriane. J’ai l’impression qu’en dehors des cercles féminins on en parle pas. Or, ça devrait être un problème qui concerne tout le monde." Pour enfoncer le clou, le collectif féministe de Mons prévoit aussi une soirée sur la thématique. Ce sera ce jeudi 13/02 à 18h au Local Autogéré du Borinage (LAB) à Mons.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK