Mons 2015: la dernière saison sera celle de la Renaissance

Mons 2015 : la dernière saison sera celle de la Renaissance
3 images
Mons 2015 : la dernière saison sera celle de la Renaissance - © MONS 2015

C’est parti pour la dernière ligne droite de la capitale culturelle européenne. Il reste une douzaine de semaines avant de la cérémonie de clôture de Mons 2015. Et d’ici là, le programme est bien rempli. Il sera axé autour de quatre personnages qui ont marqué l’histoire montoise : Saint-Georges, Roland de Lassus, Jacques Du Broeucq et Paul Verlaine.

Commençons par le plus récent. Paul Verlaine. Le poète a passé deux ans de sa vie à Mons entre 1873 et 1875. Derrière les barreaux de la prison. Une peine dont il a écopé pour avoir tiré un coup de feu sur son compagnon, Arthur Rimbaud. Une exposition va nous raconter cette histoire : " Verlaine Cellule 252 ", au BAM, du 17 octobre 2015 au 24 janvier2016. L’occasion de revivre ce procès à travers des documents exceptionnels : les attendus du jugement, les témoignages, les pièces à convictions parmi lesquelles des lettres de Rimbaud et de Verlaine. Comme l’explique Bernard Bousmanne, Commissaire de l’exposition et conservateur des manuscrits à la Bibliothèque royale de Belgique, Paul Verlaine n’a pas vraiment été condamné pour le coup de feu sur Rimbaud, "Rimbaud est blessé mais il n’a même pas porté plainte. Une fois que la justice belge se met en marche, Verlaine va se voir reprocher la violence à l’encontre de sa femme, l’abandon de son jeune enfant, la fréquentation des maisons closes et… surtout sa sympathie pour la Commune et son homosexualité"

Roland de Lassus et Jacques Du Broeucq, stars montoises de la Renaissance

Autres personnages emblématiques de cette dernière saison, Roland de Lassus et Jacques Du Broeucq. Tous deux ont vécu au XVIème siècle. le premier s’est illustré dans la musique, le second en sculpture et en architecture.

Né à Mons, Roland de Lassus n’y est pas resté longtemps, rapidement repéré pour son talent, il part à l’âge de onze ans en Italie pour poursuivre sa formation. Mais c’est surtout en Bavière, à Munich, qu’il va exprimer tout son art de compositeur, en qualité de Maître de chapelle de la Cour. Il a écrit 2300 pièces vocales. Beaucoup de musique religieuse mais aussi profane, on lui doit quelques chansons coquines et même des chansons à boire que l’on entendra lors d’un " Barathon " le 10 octobre, une tournée des cafés montois par des artistes flamands et montois, revêtus en costume d’époque… Ce n’est qu’un des nombreux évènements de la semaine consacrée à Roland de Lassus, du 3 au 11 octobre. Le moment fort sera la " Grande clameur " le 4 octobre sur le parvis de la collégiale Sainte-Waudru. Un concert donné par 500 chanteurs issus de chorales du grand Mons. C’est Jean-Paul Dessy qui les dirigera. Le compositeur proposera ensuite un concert dans la collégiale, Sonic Lassus : " Je crois que Roland de Lassus aurait apprécié ce concert où des artistes de pop, de rock, de rap, d’électro viennent célébrer sa musique… on a de très beaux artistes comme Daan, Saule, Laetitia Sheriff et un rappeur congolais… pour donner l’idée que cette musique, comme celle des plus grands maîtres, est capable à chaque époque d’être renouvelée, réappropriée pour rester toujours vivante ".

Contemporain de Roland de Lassus, Jacques Du Broeucq est considéré comme le Michel-Ange du Nord. Malheureusement, seule une toute petite partie de son œuvre est parvenue jusqu’à nous. En particulier ses sculptures d’albâtre conservées en la collégiale Sainte-Waudru. Pour les apprécier, un parcours-découverte sur tablette est mis à disposition des visiteurs. Un outil précieux qui permettra de comprendre le talent de cet artiste. Sculpteur mais aussi architecte de génie. Il a notamment dessiné les châteaux de Binche et de Boussu, deux palais dont il ne reste que quelques ruines.

A Boussu, un immense travail de valorisation du castelet d’entrée a été réalisé. C’est sur le site de cet ancien château que seront proposés une exposition et un événement autour de l’art du banquet à la Renaissance. Avec la reconstitution les 10 et 11 octobre d’un fastueux banquet de l’époque de Marie de Hongrie, dans une architecture imaginée par Du Broeucq et accompagné de musiques de Roland de Lassus. Le menu sera réalisé avec les conseils d’historiens de la gastronomie. Avis à ceux qui veulent tester la carpe à la cervoise, le rôt de cochon et le philtre d’amour…

La gloire de Saint-Georges

Dernier personnage mis à l’honneur pour conclure Mons 2015, Saint-Georges. Le saint patron de la Ville de Mons n’est pas évoqué ici pour sa place dans la tradition montoise mais bien pour le mythe qui a inspiré son culte. " L’homme, le dragon et la mort " est le titre d’une exposition qui sera présentée au Mac’s, à Hornu, du 18 octobre 2015 au 17 janvier 2016. Une sélection d’œuvres, peintures, sculptures, dessins représentant le saint à travers les siècles. Des œuvres prestigieuses, prêtées par de grands musées européens. Des signatures comme Dürer, le Tintoret, Lucas Cranach mais aussi des contemporains comme Penone ou Luc Tuymans.

A travers tous ces événements, Mons " ose la renaissance", c’est son slogan pour cette dernière saison. Et on entend que la ville fait ainsi allusion à cette métamorphose qu’elle espère poursuivre au-delà de l’année 2015.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK