Mobisafe, l'appli tournaisienne qui fait sonner les smartphones pour respecter la distanciation sociale

A moins d'un mètre cinquante, l'application se déclenche et envoie une notification.
A moins d'un mètre cinquante, l'application se déclenche et envoie une notification. - © RTBF

Faire respecter la distanciation sociale, ce sera le défi des entreprises dans les prochaines semaines. Pour les aider, la start-up tournaisienne "B-Side" a mis au point une application. Mobisafe, c’est son nom, envoie une alerte sur les GSM, dès que deux utilisateurs sont à moins d’un mètre cinquante.

Pour Pierre Stassen, le développeur de Mobisafe, la technologie sera nécessaire sur les chantiers. "Même si on prend toutes ces précautions, il y aura bien un moment – lors d’une pause par exemple – où on relâchera la vigilance, explique-t-il. Cette application est destinée à nous alerter quand la distance de sécurité n’est plus respectée. Il ne s'agit pas de tracing."


►►► Retrouvez tout notre dossier sur le coronavirus


L’appli fonctionne grâce au Bluetooth, ce qui permet aux téléphones de communiquer entre eux. A la fin de la journée, un rapport "distanciation sociale" est envoyé au patron de l’entreprise. "L'employeur va ainsi retrouver le nombre de fois où l’appli s’est déclenchée sur chacun de ses chantiers. Il aura aussi accès à une courbe pour suivre l’évolution de la situation."

Adapter un chantier si nécessaire

Parmi les premières entreprises sur la balle, la société de peinture d’Eric Dupriez qui emploie une quinzaine de personnes. Pour lui pas question de se servir de l’appli pour fliquer ses ouvriers. "L’objectif est plutôt de mettre en avant une situation problématique, dit-il. Si on constate que l’application déclenche trop, on pourra diminuer le nombre d’hommes sur un chantier. Ou leur donner des tâches où il sera plus facile de respecter la distanciation."

Des nouvelles contraintes avec lesquelles il faudra apprendre à travailler dans les prochaines semaines et prochains mois. Une vingtaine d’entreprises hennuyères utilisent ou vont utiliser l’application tournaisienne.

Notre reportage radio :