Mieux expliquer la filière qualifiante de l'enseignement technique à Charleroi

Des stands dans la galerie commerçante de Ville 2 à Charleroi
4 images
Des stands dans la galerie commerçante de Ville 2 à Charleroi - © rtbf.be - Céline Biourge

L'enseignement technique et professionnel est à l'honneur cette semaine à Charleroi. Le salon des métiers et de l'artisanat a en effet lieu actuellement dans le centre commercial Ville 2. Depuis ce lundi, des stands sont installés un peu partout dans la galerie commerçante. C’est l'occasion pour le Collège des Aumôniers du Travail de Charleroi de montrer son savoir-faire avec des stands tenus par les élèves et leur professeur. Ils y présentent leurs travaux. Et parmi ceux-ci, cette année, il y a un simulateur de conduite.

Ilyas a 19 ans. Il est en 6e année de technicien en Informatique. Il fait partie des élèves qui ont réalisé ce simulateur. Quand il a choisi cette option, il ne s'attendait pas à travailler sur des projets comme ça: "Je pensais que ce serait des cours normaux comme n’importe quel cours où on est assis et où on écoute. Là, j’ai réalisé un projet dont je suis assez fier. J’ai pu connaître quelques nouvelles notions comme l’électronique dont je ne connaissais absolument rien. Maintenant, j’ai appris quelques notions de base."

Ce n'est pas un enseignement de seconde zone

Montrer l'intérêt de ces formations, c'est justement l'objectif de ce salon. Jean-Louis Fisette, sous-directeur au Collège des Aumôniers du Travail de Charleroi, le confirme: "Ici pratiquement toutes les options sont représentées. On a un peu trop dévalorisé la filière qualifiante et c’est aussi pour ça que nous sommes ici à Ville 2. C’est pour donner un peu de valeur à nos formations qualifiantes. On dit toujours que l’on redescend en technique ou en professionnelle mais non. Ce sont des formations à part entière, autres que les générales, mais ce sont de belles formations."

Pour Patrick Hainaut, professeur de réseau informatique au Collège des Aumôniers du travail de Charleroi, "le but de ce type de projet est de montrer une autre image de l’enseignement technique. Parce que, à l’heure actuelle, on a une image un peu pauvre de l’enseignement technique. On dit que c’est un enseignement de seconde zone, ce que je n’approuve pas du tout. Et donc on peut aussi faire des choses très chouettes dans l’enseignement technique et qui font appel à plusieurs techniques. Ici, notamment, pour le projet de simulateur, on a associé la section informatique avec la section soudure. Donc, tout a été fait à l’école. C’est la section soudure qui a réalisé toute la structure suivant nos plans. Et nous on a configuré un ordinateur et des cartes électroniques qui permettent de faire réagir ce simulateur de conduite qui est dynamique, c’est-à-dire que le siège bouge en fonction des paramètres du jeu."

Le salon des métiers et de l'artisanat, c'est à Ville 2 jusqu'à ce samedi 20 mai.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir