Meurtre de Carmen Garcia Ortega à Comines : son mari devant les assises de Flandre occidentale

Carmen Garcia Ortega avait été tuée en janvier 2017 à la sortie de son cours d'Espagnol.
Carmen Garcia Ortega avait été tuée en janvier 2017 à la sortie de son cours d'Espagnol. - © Google Street View - Tous droits réservés

Daniel Deriemacker a-t-il tué son épouse à Comines ? C’est la question à laquelle devront répondre les jurés de la cour d’assises de Flandre occidentale. Le procès du meurtrier présumé de Carmen Garcia Ortega (35 ans) s’ouvre ce matin à Bruges.

Les faits

Le 10 janvier 2017 vers 22 heures, le corps sans vie de Carmen Garcia Ortega est retrouvé rue du Commerce à Comines. La victime gît dans une mare de sang juste à côté de sa BMW Z3 dont le pneu avant est à plat. A l’intérieur de l’habitacle, aucune trace du sac à main et du GSM de la jeune femme. Volés. Ce soir-là, Carmen Garcia Ortega sortait de son cours d’Espagnol. Personne n’a été témoin des faits.

Entendu, le mari Daniel Deriemacker nie toute implication. L’enquête piétine. Ce n’est que 3 mois plus tard qu’un témoignage crucial parvient aux policiers. Un passant dit avoir été dépassé par un homme pressé le soir des faits. Il donne une description précise d’une Ford Fiesta. Un modèle des années 90 avec un feu arrière défectueux finalement retrouvé sans plaque au domicile du suspect. Les analyses téléphoniques permettent aussi de repérer le GSM du mari de Carmen non loin du lieu du crime. Malgré ses dénégations, Daniel Deriemacker est arrêté.

Une centaine de témoins convoqués

C’est un procès de 2 semaines qui s’ouvre ce matin à Bruges. L’affaire aurait dû être jugée à Mons mais elle a été renvoyée à la cour d’Assises de Flandre occidentale parce que l’accusé souhaitait être jugé dans sa langue maternelle. Une centaine de témoins ont été convoqués à la barre pour tenter de faire toute la clarté sur cette histoire. Daniel Deriemacker risque la réclusion à perpétuité.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK