Dottignies: Mario Kart, comme si vous y étiez avec "Battlekart"

Le jeu se joue à 4 joueurs minimum
Le jeu se joue à 4 joueurs minimum - © Tous droits réservés

Le concept s'appelle "Battlekart". Il a vu le jour à Dottignies, et c'est unique au monde !

Une sorte de Mario Kart grandeur nature...

Des kartings qui roulent sur un circuit virtuel projeté sur le sol, et qui peuvent interagir grâce à des bonus récoltés pendant la course. C'est le principe de "Battlekart" à Dottignies.

Imaginez-vous au volant d'un karting plongé dans l'obscurité, dans un entrepôt vide de 2000 mètres carré. Le circuit est projeté sur le sol grâce à des projecteurs fixés au plafond. Une fois le départ donné, le but est d'envoyer des projectiles sur les kartings des adversaires.

"Il y a une première arme qui est un missile, explique Sébastien Millecam, cofondateur de "Battlekart". Lorsque l’on tire sur un adversaire, il explose virtuellement. Virtuellement, cela veut dire qu’il y a le bruit de l’explosion, il y a une animation de l’explosion et la personne est freinée comme si elle explosait réellement. Il y a aussi le mini-gun qui est une sorte de mitraillette très amusante à utiliser. Et il y en a encore plein d’autres".

5 ans de travail

Ce sont 2 jeunes Hennuyers de 26 et 29 ans qui se sont lancé dans ce projet en 2010. Sébastien Millecam a fait polytechnique à Mons. Ludovic Lucas, son associé, détient un master en sciences informatique de l’Umons. Depuis 5 ans, les deux ont tout misé sur ce projet. "J’ai eu l’idée de mettre un pistolet laser sur un karting pour le rendre fun au lieu de le rendre sportif. Puis l’idée a évolué. J’en ai fait mon travail de fin d’étude, puis j’ai rencontré Ludovic. On a fait un prototype ensemble, puis on a cherché le financement. Et nous voilà aujourd’hui…", raconte Sébastien Millecam.

Le jeu sera ouvert au public dès ce weekend. Une ombre au tableau : le prix. Il faut débourser 36 euros par personne pour environ 20 minutes de jeu. Mais tout est mis en œuvre pour fidéliser les joueurs : "Le joueur peut revenir et faire évoluer son profil, explique Ludovic Lucas. Il va retrouver donc un profil plus fort qui va le faire évoluer au fur et à mesure des courses et de son comportement. Il va débloquer un ensemble d’autres bonus, il va pouvoir aller plus vite que les autres,…".

Les deux associés ont déposé un brevet pour leur concept. Leur objectif : créer une franchise pour voir s'ouvrir d'autres "Battlekart".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK