Manage: quatre ans avec sursis pour avoir administré une dose mortelle de méthadone

Illustration
Illustration - © EPA

Le tribunal correctionnel de Charleroi a condamné vendredi à quatre ans de prison avec sursis deux hommes poursuivis pour avoir délivré à Manage de la méthadone à la patiente d'un centre psychiatrique, qui en était décédée.

Le 20 avril 2014, le corps sans vie de Cristel Carion avait été découvert dans sa chambre du centre psychiatrique Saint-Bernard de Manage, où elle avait sollicité un internement pour soigner sa profonde dépression. L'enquête avait rapidement établi qu'elle avait succombé à une overdose de méthadone. Il était apparu que Jimmy G., un toxicomane en traitement, dealait des gélules de méthadone au sein du centre, au prix de cinq euros la pièce. Rudy V., alcoolique en cure, avait quant à lui consommé un rail pour soulager son mal de dos.

A l'audience d'octobre dernier, Jimmy G. avait confirmé qu'il avait bien fourni quatre gélules à Rudy V. et un autre patient, mais que jamais il n'en avait donné directement à la victime. Il avait reconnu également avoir dit à celle-ci de ne pas prendre ses médicaments habituels, mais avoir constaté qu'elle l'avait fait malgré tout. Quant à Rudy V., il avait avancé qu'il ne pouvait savoir les risques mortels que prenait la victime en consommant les comprimés qu'il lui avait donnés. De son côté, le substitut Bury avait souligné que le fait d'apporter de la drogue dans un centre psychiatrique et de la délivrer à des personnes qui suivent un traitement, comportait le risque de provoquer un décès, ce qui créait un lien causal entre ces comprimés et le décès.

La défense de Rudy V. avait contesté le fait que son client ait délivré directement la drogue à Cristel Carion. L'avocate de Jimmy G. avait sollicité un sursis probatoire, niant le lien causal entre la vente des gélules et le décès.

Dans le jugement rendu vendredi, le tribunal a estimé que Jimmy G. savait ou devait savoir les dangers présentés par la méthadone, d'autant plus qu'il avait été lui-même consommateur de produits stupéfiants et qu'au moment de cette consommation par la victime, il l'avait bien vue "piquer du nez". Quant à Rudy V., il a bien reconnu avoir remis ces gélules à Cristel Carion. Le prévenu avait d'ailleurs constaté à cette occasion que la victime "était vraiment stone", relève le tribunal, qui met aussi en exergue le côté lucratif de la transaction, ces gélules ayant été vendues à cinq euros la pièce.

Le jugement note encore que Jimmy G., outre cet esprit de lucre, a marqué un total désintérêt pour l'état de la victime, et que Rudy V. n'a manifesté aucune prise de conscience de la gravité des actes commis, sans aucune attention portée à la santé d'autrui.

Jimmy G. a été condamné à quatre ans de prison et 1.000 euros d'amende, avec sursis de cinq ans pour la prison, Rudy V. à quatre ans de prison avec sursis de cinq ans pour ce qui dépasse 18 mois, et 1.000 euros d'amende.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK