Trois migrants retrouvés coincés dans une caisse d'un camion à Maisières

Les trois hommes avaient réussi à passer à travers les contrôles mais pensaient sans doute passer en Angleterre
Les trois hommes avaient réussi à passer à travers les contrôles mais pensaient sans doute passer en Angleterre - © AFP - Jean-Paul Barbier

Trois migrants syriens l’ont échappé belle ce lundi matin. Les trois hommes étaient cachés dans un camion Bulgare en provenance de Calais. Croyant sans doute partir vers l’Angleterre, les migrants s’étaient introduits dans ce camion transportant des caisses de papier de toilette industriel. Une fois à l’intérieur du poids lourd, les hommes s’étaient cachés dans une caisse de 1m³.

Le chauffeur ne s’est rendu compte de rien jusqu’à ce que son chargement, qui n’était sans doute plus arrimé comme il fallait, ne glisse, provoquant la chute de plusieurs caisses à l’intérieur du camion jusqu'à faire bouger la bâche extérieure du véhicule.

Alerté par le bruit, le chauffeur s’est arrêté sur l’aire d’autoroute de Maisières près de Mons. Au moment où il a soulevé la bâche pour constater l’ampleur du travail à réaliser, il a constaté avec effroi qu’un bras dépassait d’une des caisses éventrées. Il a évidemment immédiatement appelé les secours

"Au début de notre intervention, explique Romain Van Rillaer, capitaine chez les pompiers de Mons, on trouve un camion débâché avec deux palettes effondrées, beaucoup de papier toilettes, on n’a pas vraiment dû utiliser de matériel spécifique pour la désincarcération mais plutôt des bras pour dégager tout ce qui s’était effondré et libérer les trois personnes qui étaient ensevelies sous le chargement. Les trois hommes se trouvaient à trois dans un carton d’1m³. Deux étaient indemnes mais le troisième a pris une partie du chargement sur lui, il présente donc des contusions. Il a donc été transporté à l’hôpital. Les deux autres ont été interpellés par les services de police qui avaient également été requis sur place.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK