Lobbes : la majorité communale, en place depuis 2018, n'existe plus

Cela arrive régulièrement lors de chaque législature communale et Lobbes n’y a aura pas échappé cette fois : la majorité communale vient de voler en éclats.

La liste Lob 2.0, de tendance MR, qui formait la majorité avec le cdH du bourgmestre Steven Soyez, a décidé de rompre. On repart donc à zéro et le PS, dans l’opposition depuis deux ans, devrait revenir en force à la tête de la commune.

Au lendemain des élections de 2018, le cdH et Lob2.0 s’allient. Avec dix sièges sur 17, cette majorité veut insuffler un souffle nouveau. Mais, deux ans plus tard, c’est l’échec et le divorce.

Steven Soyez, le bourgmestre cdH, ne comprend pas pourquoi : "C’est assez vague. On a le sentiment qu’ils souhaitent rompre mais sans vraiment le justifier. Alors, comme partout, il peut y avoir des différences de vues, il peut y avoir des tensions, c’est humain. Mais on n’a pas aujourd’hui d’élément fondamental qui remette en cause une majorité. Et donc nous-mêmes, on a tenté de proposer des solutions quand on a senti qu’il y avait certaines tensions. Et malheureusement, force est de constater que le dialogue est rompu. En conséquence, nous allons prendre contact avec les différents groupes représentés au conseil communal et ça comprend à la fois le parti socialiste et, également, le groupe écolo."


Du côté de Lob 2.0, la décision semble irrévocable même s’il se dit qu’elle ne fait pas tout à fait l’unanimité dans ses rangs. Lob 2.0 parle d’immobilisme et de bilan trop maigre mais aussi de freins mis dans certains dossiers. Francis Damanet, de Lob 2.0 justifie : "En 2018, on avait vraiment l’espoir, en nous associant avec le cdH, de pouvoir faire quelque chose de bien. Mais on est vite retombé dans les ornières qui existaient déjà auparavant et un immobilisme. Et, en tout cas, pour ce qui est des dossiers, avec beaucoup de difficultés pour les faire avancer. On s’est heurté, à bien des reprises, sur des dossiers qui n’étaient effectivement pas des plus importants mais qui ont fait en sorte que la confiance, qui était de mise au départ, a été ébranlée et même plus que ça. Donc, le fond de l’affaire est que nous n’avons plus la confiance suffisante pour dire que l’on poursuit une collaboration efficace avec le partenaire cdH. Pour la suite, s’il y a une alliance dans laquelle Lob 2.0 doit figurer, ce sera avec le PS."

On repart donc à zéro comme au lendemain des élections. Discussions et tractations sont donc au programme mais avec une certitude : c’est maintenant le PS, dans l’opposition depuis deux ans, qui, avec ses cinq sièges, devient incontournable. Il a les cartes en main et, quel que soit le scénario, c’est le chef de file socialiste Lucien Bauduin qui deviendra le nouveau bourgmestre lobbain.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK