Leuze-en-Hainaut: un héritage aux pompiers qui enquiquine

service incendie de Leuze-en-Hainaut
service incendie de Leuze-en-Hainaut - © google maps

L'histoire avait commencé comme un conte de fée. Voila qu'elle embête fortement la majorité leuzoise et la zone de secours de Wallonie Picarde. Souvenez-vous. Nous sommes au mois d'octobre 2014. Un riche leuzois lègue à sa mort 1 200 000 euros au service incendie de sa commune. Dans son testament, le défunt demande que cet argent serve à la formation des pompiers leuzois. Près d'un an et demi plus tard, l'argent n'a toujours pas été utilisé. "L'achat d'un terrain est en vue" nous confie Hubert François, l'ancien commandant des pompiers. "Un terrain à Leuze. Et une ébauche de bâtiment a été esquissée".

Pas un sous n'a encore été dépensé

Reste qu'à l'heure actuelle, pas un sous n'a encore été dépensé. L'argent se trouve aujourd'hui sur le compte de l'ASBL Centre de formation Raymond Michiels, du nom du gentil donateur. Parmi les 3 administrateurs, Hubert François qui est donc l'ancien commandant du service incendie de Leuze. C'est lui qui a appris la nouvelle du leg via un coup de téléphone du notaire. Et c'est lui aussi qui a pris l'initiative de constituer l'ASBL.

La réforme des services incendie n'arrange rien

Le hic, c'est que depuis le 1er janvier 2015, la caserne de Leuze est englobée dans la zone de secours de Wallonie Picarde. Voila pourquoi du côté de ses dirigeants, on cherche à savoir ce qu'il y a exactement dans le testament. "Une démarche en ce sens va être effectuée" nous confirme le président de la zone Paul-Olivier Delannoy. "On ne court pas après cet argent, mais il s'agit quand même de vérifier si l'héritage ne pourrait pas servir à la zone toute entière plutôt qu'aux seuls pompiers leuzois".

Tractations en cours

Oui mais voila. Du côté de la commune de Leuze, on voudrait que cet argent reste dans son gîron. Des tractations sont en cours pour trouver une solution qui satisfasse tout le monde. Qui tienne aussi debout d'un point de vue juridique. Mais le temps presse. Bloqué sur un compte, ce 1 200 000 ne sert à rien. Pire encore. Avec l'inflation et les taux d'intérêts plutôt légers, il est même en train de perdre de sa valeur.