Lessines: l'association Ami...l'pattes compte sur Viva For Life

L'asbl existe depuis presque 20 ans, mais aimerait offrir plus à ses bénéficiaires. En moyenne, une quinzaine d'enfants de 0 à 6 ans se retrouvent, tous les jeudis et vendredis matin, pour jouer ensemble. L'occasion pour leurs parents de tisser des liens et rencontrer des professionnels de la petite enfance. La précarité gagne du terrain. Reportage

C'est la benjamine du groupe, la petite Malia. " Elle a 4 mois, mais c’est déjà une habituée ! " précise sa maman. Malia est son premier enfant, elle nous dit " avoir beaucoup de choses à apprendre ". Aujourd’hui, elle s’inquiète un peu pour Malia. Bouge-t-elle assez pour son âge ? Hélène, la psychomotricienne arrive à la rescousse, et entame quelques petits jeux avec Malia. " Tout va bien, ne pas s’inquiéter ! "

 

5 images
Séance psychomotricité avec Hélène © Charlotte Legrand

Chez Ami...l'pattes, les trucs et astuces s’échangent sur les tatamis, en chaussettes. Personne n’échappe à la règle. Ni Jean-Marie, le bénévole mélomane, qui apprend aux enfants à jouer du xylophone. Ni Catherine, la psychologue. C’est d’ailleurs un des aspects qui lui plaisent beaucoup, ici. " On est très loin des consultations de psy, dans un cabinet ! ". Ici, la " papotte " est reine. On parle de tout, et sans tabous, insiste Jeanie Letor, la présidente. " Des joies, des peines. Des difficultés d’être parent. Mettre son enfant au lit, fixer des limites. Donner à manger. Ne pas prendre son enfant dans son lit. Mais aussi le plaisir de les voir évoluer, s’ouvrir. Se faire des copains, se préparer à la crèche, à l’école…Regardez, là, c’est Arthur ! Coucouuuu ! ".

Arthur, 17 mois, semble très à l’aise dans l’espace jeux. "C’est pourtant la première fois qu’il vient ici", nous confie sa maman Nathalie. " Mais je venais avec son grand frère Louis! Ca lui a vraiment permis de s’ouvrir aux autres, de devenir plus sociable. Et puis c’est multiculturel, c’est important d’apprendre la différence aux enfants. Certains sont porteurs d’un handicap, par exemple " Marouane, lui, est né en Belgique, pendant la coupe du monde de 2014. Mais ses parents sont Algériens. Papa travaille, maman reste toute la journée à la maison. "Toute seule, je ne travaille pas ", ajoute-t-elle. Les permanences d’Ami...l'pattes deviennent alors des occasions de sortie. " Et j’apprends aussi le français, en parlant avec d’autres mamans ", nous dit Fatma.

Sortir de l'isolement

Nancy a, quant à elle, découvert l’association un peu par hasard. " Je suis devenue maman assez tard, à 45 ans. Je vivais dans un petit village, à Ghoy, à quelques kilomètres. A l’époque, j’étais au chômage. Pas encore précarisée, mais en voie de le devenir, et surtout très isolée. J’étais seule, entre mes 4 murs, à déprimer ".L’infirmière à domicile lui parle d’Amilpattes. "J’ai pu me rendre compte que je n’étais pas seule à connaître ce type de problème. Rapidement, je me suis fait des copines, je me suis investie. Sept ans plus tard, je suis toujours là ! " Catherine, la psychologue, constate parfois de très belles évolutions. " Des enfants qui nous quittent parce qu’ils rentrent à l’école. Et on se dit ‘avec eux, on a vraiment fait un bon job ! "

5 images
Pause collation à 10h30 © Charlotte Legrand

10h30. L’heure de la collation. C’est un moment très attendu, par les familles. " On leur propose gratuitement des bonnes choses ", précise Jeanie. " De la soupe, des fruits, du gâteau, des tartines, ça dépend ". Nicole s’affaire en cuisine. Elle suit les conseils de la diététicienne de l’équipe, " aussi pour adapter les collations aux problèmes d’allergies dont souffrent certains petits ! je dois parfois éviter le beurre, le lait, les œufs… "

Quelle maman a des difficultés financières ? Qui est plus "à l’aise" ? Pas évident à déceler. "On ne fait aucune différence. Il y a une grande diversité, sociale, culturelle. C’est très convivial " Mais pour Nancy, animatrice et trésorière de l’association, la situation financière des familles se dégrade. "Ca n’évolue pas dans le bon sens. Avant, les discussions tournaient plus autour de problèmes comme le divorce, par exemple. Maintenant, les problèmes de chômage sont très fréquents. Des mamans perdent leur droit au chômage. Et on sombre vite, à l’heure actuelle…c’est plus difficile qu’avant de s’en sortir ! ".

Six kilomètres à pied, ça use, ça use...

Les bénévoles et les employés doivent faire face à des questions beaucoup plus diversifiées. Des mamans arrivent avec un problème de CV, qui doit être mis à jour. D’autres ont des difficultés pour habiller leurs enfants. Et puis il y a les problèmes de transport. L’association accueille les familles en plein centre-ville, " mais certaines habitent à plusieurs kilomètres " explique Jeanie. " Nous avons des mamans qui nous disent vouloir venir, mais elles habitent à Bois-de-Lessines, à Ollignies..c’est à 5-6 kilomètres, à pied. Pas évident, surtout si on a plusieurs petits ! Et beaucoup d’entre elles ne peuvent pas compter sur leur famille pour les conduire, elles doivent se débrouiller toutes seules, 24h sur 24 avec leur bébé"

5 images
Lessines: l'association Ami...l'pattes compte sur Viva For Life © Charlotte Legrand

Ami...l'pattes rêve donc d’un véhicule qui assurerait les navettes. Une partie du financement a déjà été trouvé. Pour le reste, l’association compte sur Viva For Life. " L’an dernier, nous avons reçu des fonds. Ils ont permis d’agrandir notre équipe. Nous avons désormais une diététicienne, une psychologue, une diététicienne et deux animateurs. Nous voudrions pouvoir encore compter sur eux, à l’avenir. Et un nouveau véhicule serait un plus ! ". Pour l’instant, l’équipe tente d’assurer quelques allers-retours. " On s’arrange, on va chercher des mamans et des enfants, puis on reconduit. Mais cela reste très limité, et pose des problèmes pratiques. Si on va reconduire des mamans, on ne peut pas ranger le local, etc ! Et pourquoi pas imaginer une activité en extérieur, un jour ? Dans un village un peu plus loin ? On croise les doigts ! "

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK