Les travailleurs licenciés de Caterpillar vont pouvoir "valider leurs compétences"

Des métiers parfois typiques à l'entreprise Caterpillar
Des métiers parfois typiques à l'entreprise Caterpillar - © rtbf.be - Cédric Loriaux

C'est une période importante qui commence aujourd'hui pour les travailleurs de Caterpillar à Gosselies. Ceux qui le souhaitent vont en effet pouvoir faire reconnaître officiellement leurs compétences professionnelles. Il s’agit d’un moment très important pour leur avenir parce que certains d'entre eux n'ont pas le diplôme lié à ce qu'ils savent faire.

Prenons un peintre industriel qui a coloré les engins Caterpillar de cette belle couleur jaune: il a tout appris dans l'usine et, s'il veut travailler ailleurs, il va devoir prouver qu'il en est capable.

C'est là qu'intervient la "validation des compétences". Sébastienne Misonne est chargée de communication au consortium de validation des compétences: "La personne reçoit un titre de compétences, qui est un document officiel et reconnu par les gouvernements francophones, après avoir réussi ce qu’on appelle une épreuve de validation de compétences qui est, en fait, une mise en situation professionnelle. Donc la personne fait vraiment comme si elle était au boulot, en général pendant une demi-journée et c’est vérifié par des professionnels du métier."

C’est donc un examen pratique et, chez Caterpillar, ça peut concerner beaucoup de monde: des conducteur de chariots élévateurs, des tôliers industriels, des mécaniciens, etc.

Et c’est d’autant plus utile que les premiers licenciements chez Caterpillar sont prévus dans deux semaines.

Les épreuves de validation de compétences pour le personnel de Caterpillar Belgium à Gosselies (Charleroi) s'étaleront sur plusieurs jours, a indiqué ce mardi Salvatore Prestifilippo, délégué principal CSC. Organisées dans un premier temps pour les travailleurs qui quitteront l'entreprise fin avril, elles s'adresseront ensuite au personnel qui partira plus tardivement.

La validation des compétences est une revendication des syndicats. Dans les négociations de la procédure Renault, ils avaient exigé que le personnel licencié puisse faire valider ses compétences avant son licenciement. De son côté, Caterpillar Belgium avait accepté qu'une partie des épreuves de validation soit organisée directement sur le site.

La validation des compétences est du ressort du Consortium de validation des compétences qui réunit, en Wallonie, le Forem, l'Enseignement de promotion sociale et l'IFAPME.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir