Les sites Novasep de Seneffe et de Gosselies bientôt vendus à une société américaine

L’entreprise américaine Thermo Fisher Scientific va racheter à la française Novasep la société Henogen, c’est-à-dire son unité de production de vecteurs viraux basée à Seneffe et à Gosselies, pour un montant d’environ 725 millions d’euros. C’est ce qu’ont annoncé les deux entreprises dans un communiqué.

"L’unité de production de vecteurs viraux de Novasep offre une excellente complémentarité stratégique au moment où Thermo Fisher continue d’étendre ses capacités globales en matière de vaccins et de thérapies cellulaire et génique", souligne Michel Lagarde, vice-président de Thermo Fisher, cité dans un communiqué. "L’ajout de leurs capacités industrielles en Europe s’inscrit en complément de nos quatre sites de développement et de production en Amérique du Nord. A cela, s’ajoute l’apport d’une équipe d’une très grande expertise affichant plus de deux décennies d’expérience sur un large spectre de vecteurs viraux", poursuit le dirigeant.

Installée sur deux sites à Seneffe et Gosselies en Belgique, l’unité de production de vecteurs viraux de Novasep emploie environ 400 employés et réalise un chiffre d’affaires estimé à 80 millions d’euros en 2020 (environ 95 millions de dollars).

Le site de Seneffe produit la substance active du vaccin contre la Covid-19 du groupe anglo-suédois AstraZeneca, rappelle le journal L’Echo. Il compte à lui seul plus de 250 collaborateurs.

Thermo Fisher Scientific Inc. se présente comme "le leader mondial au service de la science", avec un revenu annuel excédant les 25 milliards de dollars. Le groupe emploie plus de 75.000 personnes.

Première spin-off de l’ULB installée sur l’Aéropole de Charleroi, Henogen avait été rachetée par Novasep en 2009.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK