Les résidences services: une alternative à la maison de repos qui séduit

Les fondations de la future résidence services 'les cerisiers' sont presque terminées. Ouverture prévue début 2018.
Les fondations de la future résidence services 'les cerisiers' sont presque terminées. Ouverture prévue début 2018. - © Sarah Devaux

C'est un constat propre à toute la Wallonie: les personnes âgées sont de plus en plus nombreuses. La population vieillit, on le sait. Il faut donc penser à des solutions pour héberger et encadrer nos aînés. La formule des résidences services a le vent en poupe. Elle est perçue comme une alternative à la maison de repos. A Marchienne-au-Pont, une 4ème institution publique de ce type va ouvrir ses portes pour répondre à la demande.

 

Une autonomie encadrée

D'ici un an et demi, la résidence services 'les cerisiers' accueillera ses 1ers résidents. "Ce sont 23 chambres avec une cuisine, salon, salle à manger etc. Une sorte de petit appartement en somme", explique Eric Massin, le président du CPAS de Charleroi qui gère le projet. "L'avantage, c'est que cette résidence sera collée à une maison de repos, ce qui permettra aux futurs résidents de bénéficier de toute une série de services. Les gens seront donc autonomes mais pourront demander le passage d'une infirmière, la livraison de repas ou le nettoyage de leur appartement par exemple, s'ils en éprouvent le besoin."

 

Des dizaines de personnes sur liste d'attente
Une formule qui séduit de plus en plus. Les 3 autres résidences services du CPAS de Charleroi sont complètes. "Chez moi, il y a 5 appartements en résidence services et à l'heure actuelle, près de 40 personnes sont sur liste d'attente", explique Séverine Vanieuwenhuyze, la directrice de la résidence services de Gilly. "Je sais que le constat est le même dans les autres résidences et ça ne va faire que s'accentuer. La demande pour ce type de structure augmentera au fil des années car les personnes âgées qui ont connu cette autonomie ne veulent plus aller en maison de repos. Quitte à anticiper les choses et à quitter leur maison plus tôt pour une résidence services." "Celle de Monceau-sur-Sambre, inaugurée il y a un peu plus d'un an, était complète en quelques mois", poursuit Eric Massin. "Le loyer est compris entre 600 et 900 euros. Ce n'est pas rien mais c'est tenable compte tenu des pensions actuelles, surtout quand on voit la panoplie de services proposés. Alors forcément, la demande est importante."


D'ici début 2018 et l'ouverture de cette 4ème résidence services publique, 84 logements de ce type seront disponibles dans la région de Charleroi. Une nécessité quand on sait que près d'un carolo sur 4 a plus de 60 ans.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK