Les hôpitaux passent en phase 1A : une question d'organisation pour s'occuper de tous les patients

L'unité covid-19 de l'hôpital de Nivelles
L'unité covid-19 de l'hôpital de Nivelles - © rtbf.be

Les hôpitaux passent à une étape supérieure dès ce mercredi 14 octobre. Ils vont devoir faire plus de places aux patients covid dans les services de soins intensifs. 25% des lits leur seront réservés au lieu de 15% actuellement. C’est la fameuse phase 1A d’une procédure de cinq phases en tout.

Comment cela s’organise-t-il ?

Au sein du groupe hospitalier Jolimont, sur le site de Nivelles, le service des soins intensifs de l’hôpital s’apprête à entrer dans une nouvelle phase de l’épidémie. Ici, on a pu anticiper en augmentant les lits nécessaires. On le sait : la période qui s’annonce demandera beaucoup de travail, d’organisation et de contacts. Des contacts entre les services mais aussi entre les hôpitaux. Car la phase 1A, dans laquelle entre aujourd’hui le monde hospitalier, prévoit aussi des transferts de patients des centres les plus surchargés vers ceux qui le sont moins.


Pour Daniella Defer, infirmière au service des soins intensifs, "Ce sera du cas par cas et jour par jour. Là, par exemple, pour l’instant, deux lits sont disponibles. Ils ne l’étaient pas hier. Et peut-être ne le seront-ils plus tout à l’heure. On doit aussi gérer les patients de notre groupe. Tout ça c’est vraiment une discussion quotidienne."

On a donc bien tiré les leçons de la première vague. Mais il reste une inquiétude majeure : le personnel. Pierre Van Den Berge directeur des soins infirmiers à l’hôpital de Nivelles, le confirme : "Notre inquiétude première, je ne vous le cache pas, elle est de pouvoir compter sur un nombre d’infirmiers et d’aides soignant en nombre suffisant car il y a quand même pas mal de contaminations au sein du personnel. Et là est tout le défi de pouvoir assurer la continuité des soins."

Car c’est bien le but de ce plan en cinq phases : continuer à assurer la routine hospitalière et éviter de devoir fermer les autres services comme lors de la première vague.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK