Les gardiens de prison menacent d'aller travailler en chemise à fleurs

Les agents de prison veulent mettre la pression sur leur ministre en menaçant d'aller travailler en chemise à fleurs
Les agents de prison veulent mettre la pression sur leur ministre en menaçant d'aller travailler en chemise à fleurs - © Tous droits réservés

Huit ans. C'est le délai qu'il faut aux gardiens de prison pour obtenir un pantalon de travail. Un délai que les syndicats iront dénoncer ce jeudi au ministre de la justice Koen Geens. Un délai qui pose des problèmes très concrets dans l'exercice de leur profession, parce qu'en huit ans, la taille du pantalon peut changer. Certains agents pénitentiaires ont pris du poids, d'autres en ont perdu et c'est le grand marché de l'échange, sur les réseaux sociaux pour tenter de trouver un pantalon à la bonne taille.
Résultat : des agents vont travailler en jean's, ce qui, selon la CSC peut représenter un danger puisque du coup, ils sont habillés comme la majorité des détenus. 
Or, cet uniforme est obligatoire et doit être fourni par le SPF justice. Ce qu'il se passe, selon la CSC, citée par Sudpresse; c'est l'éternel problème du manque de moyens. Donc, quand on rabote les budgets de la justice, c'est souvent le poste "uniformes" qui passe à la trappe. Et puis il faut trouver le bon fournisseur, lancer une procédure de marchés publics. Tout ça prend du temps. Trop de temps. Si les syndicats n'obtiennent pas satisfaction demain, ils préviennent: les gardiens de prison pourraient aller travailler en... chemise à fleurs.
 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK