Les finances des Lacs de l'Eau d'Heure en voie de redressement

La plage des lacs de l'Eau d'Heure, un endroit prisé par ces températures élevées
La plage des lacs de l'Eau d'Heure, un endroit prisé par ces températures élevées - © rtbf.be - Christine Borowiak

Le conseil d’administration de l’asbl des Lacs de l’Eau d’Heure a fait le bilan, ce mardi, d’une année d’activités. Pour rappel, la découverte, par l’Inspection Générale des Finances, de négligences, voire d’anomalies, dans la gestion du site avait provoqué un électrochoc. Un nouveau conseil d’administration (CA) et un nouveau président de CA avaient été nommés, ainsi qu’un commissaire du gouvernement.

Un an après, la situation s’améliore : le nouveau président du conseil d’administration, Jean-Jacques Cloquet, a remis de l’ordre. Plusieurs directeurs ont été licenciés, les frais de représentation ont été supprimés, les ressources humaines repensées et une série de contrats réexaminés. Ainsi, le montant du contrat de maintenance de l’Aquacentre a été diminué de 100.000 euros : une bonne affaire puisque l’asbl était en déficit.

Jean-Jacques Cloquet confirme : "En 2017, la perte était de plus ou moins 150.000. On a pu prendre toute une série de mesures qui seront vraiment opérationnelles en 2019 mais qui nous ont déjà permis, en 2018, de redresser le résultat à + 150.000 donc de ramener l’asbl en bénéficiaire."

Pour rappel, la dotation de la région wallonne est de 2.300.000 euros par an, à laquelle s’ajoute une aide exceptionnelle de 1.250.000 euros. Tous les dossiers de développement du site ont été remis à plat. Restent toutefois deux points noirs : le club house du golf, qui n’a toujours pas de gestionnaire mais en aura un sous peu, et le centre équestre. Ce dernier point affecte Jean-Jacques Cloquet. Pour lui, "C’est un dossier beaucoup plus compliqué qui n’est pas fini. Et donc là nous sommes en train de réfléchir comment lancer un marché pour qu’un opérateur puisse venir et investir."

Voilà pour les gros dossiers.

Quant à la saison touristique qui commence, depuis le week-end dernier, c’est la grosse affluence. C’est aussi l’occasion de se rendre compte qu’il n’y a pas assez d’aires de barbecue. De nouvelles vont donc être installées sous peu et cela permettra d’éviter les feux sauvages dans les bois. Et puis, il y a l’indiscipline des gens, qui vont se baigner là où c’est interdit. Et ceux qui partent en laissant tous leurs déchets par terre. Le président de l’asbl annonce à ce propos des contrôles et des opérations coup de poing. Les inciviques récolteront des amendes importantes en conséquence.

Archives : Journal télévisé 14/03/2018

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK