Les Ecolo leuzois ne veulent pas que l'ancien hôpital se transforme en magasin Aldi

Pour faire entendre leur désapprobation, Baptiste Leroy et deux autres comparses ont grimpé ce matin sur le bâtiment pour y fixer une banderole.
Pour faire entendre leur désapprobation, Baptiste Leroy et deux autres comparses ont grimpé ce matin sur le bâtiment pour y fixer une banderole. - © Tous droits réservés

Une action spectaculaire a été menée ce matin vers 8 heures par les Ecolo leuzois qui ont déployé une grande banderole sur l'ancien hôpital de Leuze, situé à la rue du Bois Blanc (et devenu entre-temps une maison de retraite, "le Manoir", avant que ses résident ne soient transférés dans de nouvelles infrastructures).

Ecolo craint qu'un magasin Aldi soit implanté sur le site, alors que la chaîne de magasins Lidl est actuellement en train de finaliser un bâtiment dans lequel elle s'installera, à une cinquantaine de mètre de là. Les Verts demandent que l'avenir du bâtiment (qui appartient au CPAS) soit décidé en concertation avec la population. Ils préconisent de leur côté une cinquantaine de logements durables, du commerce de proximité avec des plaines de jeux et une maison de santé ou d'accueil. 

Un million 290 000 euros

De son côté, le président du CPAS, Lucien Rawart (MR) estime qu'il n'y a pas trente-six solutions pour ce bâtiment: "C'est un bâtiment abandonné, difficilement réaffectable, vu l'amiante qu'il contient et les structures qui sont anciennes. Nous avons fait le choix de le vendre, explique-t-il, et ce depuis plusieurs années, pour le transformer en logements. Mais le comité d'acquisition a fixé son prix à 1,29 million euros. A ce prix-là, les acheteurs ne se bousculent pas, d'autant que c'est quasi pour le raser". Alors? Le Manoir deviendra-t-il un magain Aldi? "Le promoteur chargé de la vente me dit qu'il a des clients, confie Lucien Rawart, mais je ne vais rien dévoiler. Pour l'instant, Aldi n'a pas introduit de dossier".

Ce qui est certain c'est que le CPAS a la ferme intention de vendre le bâtiment afin de rembourser les emprunts en cours et de diminuer la dotation communale au CPAS.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK