Les dents des jeunes hainuyers sont en bonne santé

Les jeunes hennuyers vont en moyenne de plus en plus chez le dentiste
Les jeunes hennuyers vont en moyenne de plus en plus chez le dentiste - © Guillaume Guilbert

La Fondation pour la santé dentaire et l'Observatoire de la santé du Hainaut ont communiqué les résultats de leur enquête sur l'état des dentitions des jeunes. Moins de caries, une meilleure hygiène buccale, augmentation des visites chez le dentiste : les chiffres sont en hausse par rapport à la dernière enquête qui date d’il y a six ans.

L'enquête dévoile aussi les tendances concernant les habitudes des jeunes. Près de huit jeunes sur 10 déclarent se brosser les dents deux fois par jour ou plus. Calista a 10 ans. Avec sa mère, son frère et sa petite sœur, elle se fait examiner par sa dentiste tous les six mois. En sortant du cabinet, elle semble satisfaite: "Elle a dit que c’était parfait. Je me brosse les dents tous les matins et tous les soirs ". En Hainaut, près de trois enfants sur quatre vont chez le dentiste au moins une fois par an. Un constat partagé par Joëlle Barbarin, la dentiste de Calista: "Jusque 18 ans, on conseille toujours deux contrôles par an, ce qui est prévu par la prévention. Entre 70 et 80% de nos patients suivent ce conseil".

La dentiste constate également une diminution du nombre d’enfants présentant des caries. L’enquête confirme: " Il y a six ans, on n’avait que 40% des enfants qui échappaient à la carie, constate Michel Devriese, président de la fondation pour la santé dentaire. Nous sommes maintenant montés à 60% d’enfants qui n’ont aucune carie".

Consultations remboursées, ça aide

Il faut dire que depuis 2009, les consultations dentaires pour les moins de 18 ans sont entièrement remboursées. C’est la mutuelle des patients qui paye directement le dentiste, les gens ne doivent donc pas débourser d’argent. "Quand des enfants ont beaucoup de caries, ça se chiffre facilement en centaines d’euros, explique Joëlle Barbarin. C’est sûr que dans notre cas où les patients ne doivent pas avancer l’argent, même s’ils sont entièrement remboursés, cela influence énormément le fait qu’ils reviennent régulièrement à leur consultation".

Pour Michel Devriese, cette gratuité ne suffit pas, il faut un travail de sensibilisation: "Il y a 25% de la population qui, malgré le fait qu’il y ait un remboursement des soins dentaires nettement amélioré, ne vont pas chez le dentiste. Il n’y a donc pas que l’aspect financier, il y aussi l’importance de l’éducation". Et preuve que tout n'est pas encore parfait : un jeune hennuyer sur dix n'est jamais allé chez le dentiste.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK