Charleroi: face aux plaintes, le médiateur communal se sent un peu seul

Les chiffres traduisent un accroissement de la notoriété du service de médiation.
Les chiffres traduisent un accroissement de la notoriété du service de médiation. - © Belga

Le médiateur communal reçoit les plaintes des citoyens et celles-ci ont tendance à augmenter. Lors du dernier conseil communal, il a fait le point sur les conflits des Carolos avec leur commune. Son rapport est aussi marqué par un constat : le médiateur se sent bien seul.

Côté chiffres : 300 dossiers ont été traîtés en 2014, soit 20% de plus qu'en 2013. Pour Jean-Luc Labbé, médiateur communal de Charleroi, " Ce sont toujours les mêmes services qui sont les plus exposés : voirie, urbanisme, état-civil, population, police, etc. Ce sont des départements qui traitent beaucoup de demandes et donc forcément ça peut générer des réclamations. "

Et de réclamation il en a aussi été question dans ce rapport à propos du fonctionnement même du service. Pour Jean-Luc Labbé, il est de plus en plus difficile pour lui de mener à bien sa mission. Alors que son service a connu jusqu'à quatre collaborateurs, il est aujourd'hui seul dans ses bureaux de la rue de Marcinelle. Dans ces conditions, il lui est impossible, dit-il, de fournir un service de qualité aux citoyens : " Je suis tout seul depuis le mois de décembre. Et donc là je demande évidemment à avoir du renfort parce que là je crois qu’on a atteint le seuil critique dans un service dont les missions supposent une permanence pour accueillir le citoyen ne peut fonctionner avec une seule personne dont le rôle n’est pas de faire du secrétariat en plus de la mission première de médiation. "

Cette demande semble avoir été partiellement entendue puisqu'on apprenait, dès ce lundi soir, qu'un nouvel appel interne pour un poste de collaborateur vient d'être lancé au sein de l'administration.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK