Les Coal Miners de Charleroi comptent populariser le football américain chez nous

L'équipe des Coal Miners Charleroi
2 images
L'équipe des Coal Miners Charleroi - © Coal Miners

Le football américain est de plus en plus populaire en Belgique depuis quinze ans. Son rythme de jeu est plus rapide que le rugby mais il est plus souvent interrompu aussi.

Tomane est membre de l’équipe junior des Coal Miners (littéralement "les mineurs de charbon") de Charleroi qui s’entraîne à Roux. Comme de plus en plus de jeunes belges, il explique pourquoi il a voulu endosser l'impressionnante armure des footballeurs américains: "Comme à peu près tout le monde je pense, j’ai été un peu influencé par les Etats-Unis. Ca m’a beaucoup intéressé aussi les petites compilations sur YouTube. Il y a le côté physique que j’aime bien quoi. Clairement, ça fait peur mais je pense qu’il faut passer au-dessus de ça. Quelques semaines, quelques mois et ça ira tout seul."

Pour l'entraineur Yernorik Junior, l'arrivée de ces jeunes est une bonne nouvelle. Mais il doit toujours apprendre à ses nouvelles recrues de rester rigoureuses: "Le football américain est un sport où tout le monde peut participer : les plus minces, les plus lourds, les plus gros, les plus grands, les plus petits. Mais alors le problème c’est que beaucoup de jeunes sont attirés par ce sport parce qu’ils se disent que c’est un sport où l’on plaque, où on va avoir des gros muscles et on va être méchant. Et, au final, quand ils arrivent ici, ils se prennent deux ou trois contacts, ils voient que ça fait mal et ils arrêtent. On fait beaucoup de technique. C’est plutôt des techniques de sécurité. On leur apprend à plaquer correctement pour justement éviter des coups et des blessures comme ça m’est arrivé fréquemment dans ma carrière."

Technique, mais pas sans risque, le football américain essaie de se professionnaliser pour se faire mieux connaitre en Belgique et enfin obtenir le statut de fédération.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir