Les assistants en pharmacie des hôpitaux Epicura de Baudour et Hornu poursuivent la grève

Les assistants en pharmacie des hôpitaux Epicura de Baudour et Hornu maintiennent leur revendication
Les assistants en pharmacie des hôpitaux Epicura de Baudour et Hornu maintiennent leur revendication - © Google Street View

Ils réclament une revalorisation salariale, depuis mercredi matin. Les négociations avec l'hôpital n'aboutissent pas. Résultat: ce vendredi encore, une vingtaine d'assistants en pharmacie se croisent les bras. Le mouvement pourrait faire tache d'huile, préviennent les syndicats.

"C'est chaud!", résume le permanent SETca, Patrick Salvi. "Des dizaines de préparations en pharmacie, à destination des urgences, des services de réanimation, d'oncologie, du bloc opératoire, ne seront pas réalisées. Pas par les assistants pharmaciens de Baudour et d'Hornu, en tout cas. Ils se sentent réellement méprisés".

Le personnel parti en grève mercredi avait repris le travail ce jeudi, dans un souci d'apaisement. Une conciliation avait lieu jeudi après-midi au SPF Emploi, à Bruxelles. "Six heures trente de négociation, et pas de résultat!", poursuit Patrick Salvi.

Des demandes jugées déraisonnables

Par communiqué, le Comité de direction d’EpiCURA estime la demande des assistants en pharmacie "déraisonnable et supérieure à ce qui s'exerce majoritairement dans le secteur. Quasiment aucun des hôpitaux de la région ne pratique ce barème et pas mal d’autres se situent même en-dessous des barèmes actuellement en vigueur chez EpiCURA".

Le SETca a déposé le préavis de grève, "mais la CNE nous suit dans ce combat pour une meilleure considération du personnel. C'est vraiment très tendu. Hier, lorsque les travailleurs ont repris leur poste, ils se sont sentis mis sous pression. Une personne a même fait un malaise, elle est depuis en arrêt de travail! Cela ne peut pas continuer". Les syndicats disent avoir un programme d'action pour la semaine prochaine, qui pourrait toucher d'autres services sur les sites de Baudour et d'Hornu.

La direction de l'hôpital "déplore ce premier jour de grève 'maison', depuis 4 ans". Du personnel infirmier a proposé une aide temporaire à la Pharmacie, "afin d'impacter le moins possible les patients qui doivent suivre des cures de chimiothérapie".

A ce stade, la grève ne touche pas le site athois d'EpiCURA.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK