Le quarantième anniversaire des CPAS en question à La Louvière

Illustration
Illustration - © ERIC LALMAND - BELGA

Les autorités louviéroises ont voulu marquer le coup en organisant une conférence sur le sujet. Ce fut l’occasion de parler de l’histoire de ces structures d’aide aux plus précarisés qui ont remplacé l’assistance publique.

L’avenir des CPAS a aussi été évoqué à une époque où ils sont de plus en plus sollicités.

Les CPAS ont été créés en 1977 dans la foulée de la fusion des communes. On parlait à l’époque de Centre Public d’Aide Sociale. Aujourd’hui, le mot aide a été remplacé par action. Tout un symbole pour Colette Burgeon, la présidente du CPAS de La Louvière: "Au départ, c’était les commissions d’assistance publique qui sont devenues des Centres Publics d’Aide Sociale puis des Centres Publics d’Action Sociale. Donc, on passe finalement du moment où on aide les gens, parce qu’ils sont malheureux, à des projets avec eux où on essaie aussi de les sortir du trou dans lequel ils sont, de façon peut-être accidentelle ou peut-être en fonction d’antécédents familiaux. Et donc maintenant les CPAS ont un travail qui consiste, en plus d’aider les gens, à essayer de les faire sortir de la situation dans laquelle ils se trouvent."

Le public qui vient pousser la porte du CPAS a aussi sensiblement évolué. Et le nombre de bénéficiaires a explosé récemment suite à l’arrivée massive d’exclus du chômage. Mattéo Alaluf est professeur de sociologie du travail à l’ULB: "De plus en plus de questions qui relevaient de l’assurance sociale ont été transférées aux CPAS. Des personnes qui, précédemment, relevaient de l’indemnisation de chômage ont été reportés, par les restrictions apportées à l’indemnisation du chômage, sur les CPAS. Dans sa conception initiale, l’aide sociale était considérée comme subsidiaire. Cela devait soutenir les personnes qui échappaient d’une certaine manière aux mailles du filet. Alors que, maintenant, c’est devenu un système tout à fait structurel."

Il y a deux ans, la Belgique comptait un peu plus de 115 000 bénéficiaires du revenu d’intégration sociale. On en compte aujourd’hui 10 000 de plus.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir