Le projet de parc éolien entre Pont-à-Celles et Courcelles a du plomb dans l'aile

Illustration
Illustration - © Belga-AFP - Patrik Stollartz

Avec sept mâts plantés à Courcelles et un à Pont-à-Celles le long de l'autoroute, le projet établi avec des partenaires privés semblait bien ficelé sur le papier. Mais, au final, tout est bloqué.

C’est en début de mandature que la commune de Courcelles a été approchée par Electrabel et Ventis. Les deux partenaires privés mettent alors 24 millions d'euros sur la table. Une convention est même signée pour que Courcelles puisse prendre 20% des parts avec des dividendes assez juteux. Le ministre Di Antonio donne son accord. Mais la commune voisine, Pont-à-Celles, introduit un recours une première fois pour vice de forme. Et puis une seconde fois, il y a quelques mois.

Christophe Clersy, l'échevin écolo de Courcelles ne comprend pas: "Le collège communal de Pont-à-Celles a adopté une position assez dogmatique en la matière en opposant à ce projet un niet catégorique malgré nos multiples appels au dialogue. Donc, à ce stade-ci, on ne sait pas ce qui bloque."

En fait, renseignements pris, il existe déjà à Pont-à-Celles un parc éolien qui a été porté par les riverains mais qui a également engendré des désagréments. Et Christian Dupont, le bourgmestre, ne veut pas que cela se reproduise: "On peut faire évoluer le projet mais pour nous le problème c’est un problème de nuisances par rapport à nos habitants puisque le projet est situé vraiment à la limite de Pont-à-Celles. Donc les nuisances sont pour les Pont-à-Cellois. Il n’y a aucun problème à ce qu’on se mette autour d’une table pour nous mais il n’y a pas non plus de solution miracle."

Pour l'instant, le dossier est donc à l'arrêt en attendant la décision du conseil d'état qui pourrait prendre plusieurs mois avant de trancher.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK