Le parquet de Charleroi enquête sur la vente de pièces médicales contrefaites

Illustration
Illustration - © FRED DUFOUR - Belga AFP

A Gerpinnes, des perquisitions et un dossier sont à l'instruction dans le secteur pharmaceutique et médical. C'est par le biais d'une enquête ciblée par l'Agence fédérale des médicaments et des produits de santé, que les services spécialisés de l'Agence ont ciblé un entrepreneur gerpinnois. Celui ci est soupconné d'avoir commercialisé des pièces médicales, construite par ses propres ateliers, et qui n'avaient pas d'agréation légale. Le gérant n'est pas inculpé à ce stade.

L'affaire n'est pas anodine et soulève le voile sur les pratiques commerciales dans le monde médical. Elle concerne un revendeur gerpinnois d'implants et de produits utilisés en chirurgie et notamment de l'acier inoxydable médical. L' Agence fédérale des médicaments a dénoncé des faits troublants à un juge d'instruction qui a constaté un certain nombre de pratiques et décidé de lancer une instruction. Le gérant de la société impliquée est soupçonné d'avoir copié, contrefait et revendu des pièces à destination des hôpitaux de la région. L'enquête ne fait que démarrer à ce stade, le gérant n'est pas inculpé, mais les enquêteurs sont convaincus que sa société, qui avait pignon sur rue et qui revendait implants et instruments chirurgicaux, est sortie de son simple rôle de revendeur.

De nombreuses barres de matière première servant a réaliser des pièces ont été retrouvées lors des perquisitions.

Plus encore, les enqueteurs ont rencontré les représentants de deux sociétés spécialisées dans la transformation de barres métalliques, l'une a Visé l'autre à Gerpinnes, qui ont admis avoir travaillé pour l'entrepreneur gerpinnois sans trop se poser de questions. Mais les questions, elles, commencent à fuser de toutes parts. Quid du respect des agréations dans le secteur ? Quid des conditions dans lesquelles ont été produites les pièces contrefaites ? Quid du contrôle des achats du matériel qui entre dans les hôpitaux ? Beaucoup de questions pour une enquête qui ne fait que commencer.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK