Le Musée d'Histoire naturelle de Tournai s'agrandit côté jardin

Une serre à papillons est désormais installée dans le jardin du musée d'Histoire naturelle de Tournai
3 images
Une serre à papillons est désormais installée dans le jardin du musée d'Histoire naturelle de Tournai - © RTBF

Le Musée d’Histoire naturelle de Tournai ouvre ce mercredi 25 septembre son tout nouveau jardin au public. Situé à l’arrière du muséum, à quelques mètres de l’Hôtel de ville, ce jardin était jusqu’à présent un espace privé. Désormais, l’espace est un véritable département du musée. Il complète le vivarium déjà existant en proposant d’observer, de comprendre et de participer à la protection d’espèces indigènes menacées. "Notre savoir-faire depuis toujours ce sont des groupes qui sont un peu méconnus comme les poissons, les reptiles, les amphibiens, les invertébrés, etc.… – explique Christophe Rémy, le directeur – nous présentons ici une extension du vivarium avec des espèces plutôt Européennes".

Autour du tilleul centenaire

Le jardin s’articule autour d’un majestueux tilleul centenaire. Côté soleil, on trouve les serpents et les tortues qui apprécient de se réchauffer le dos par beau temps. Dans la partie plus ombragée se trouvent les animaux qui vivent dans les prairies, les mares et les cours d’eau. Une ruche équipée de petits volets servira d’outil pédagogique à l’équipe du musée pour expliquer la vie des abeilles. La mare servira d’exemple à suivre pour tous ceux qui sont sensibles à la sauvegarde des amphibiens : "c’est le groupe de vertébrés le plus menacé dans le monde entier - dit Christophe Rémy -, plus que les mammifères, les oiseaux ou les reptiles. On a une espèce qui s’appelle la salamandre terrestre et qui est décimée par un champignon, ça sera un de nos objectifs d’encourager à faire des mares pour créer une halte potentielle pour protéger nos amphibiens. "

La faune des cours d’eau n’est pas oubliée, un grand aquarium ouvert accueille des goujons, des moules et autres écrevisses de nos cours d’eau. Des animaux eux aussi menacées par des espèces exotiques et invasives.

Les papillons exotiques, le clou du spectacle

On ne quittera pas le jardin du muséum sans avoir visité la petite serre à papillons. Les couleurs éclatantes qui virevoltent autour de nos têtes nous l’annoncent : ici pas d’espèces locales, les papillons sont exotiques. "Les papillons indigènes ça aurait été trop compliqué, on a donc des papillons exotiques que l’on reçoit sous forme de chrysalides et qui éclosent ici dans la serre".

Durant la période hivernale, le jardin ne sera pas accessible mais avant cela, il est visitable dès ce mercredi 25 septembre, l’accès est inclus dans le prix d’entrée du musée (2,60 euros en individuel, 2,10 euros pour les jeunes, les seniors et les groupes).

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK