Le monastère de La Louvière, un lieu méconnu dédié à la solidarité

Le monastère a un siècle de solidarité derrière lui.
Le monastère a un siècle de solidarité derrière lui. - © Régis Duez - La Nouvelle Gazette

Au plein cœur de La Louvière se dresse un lieu méconnu, un monastère. Bâti en 1928, il a toujours eu pour vocation d’aider les plus pauvres. Aujourd’hui encore, le monastère reçoit de nombreux dons qui sont redistribués aux familles précarisées. Des sœurs clarisses y étaient installées jusqu’en 1923. Aujourd’hui, c’est le doyen et quelques sœurs franciscaines qui continuent ce travail de solidarité. Un reportage à découvrir dans la Nouvelle Gazette Centre.

Durant tout l’été, les 7 décrochages régionaux de Vivacité mettent un coup de projecteur sur la presse locale. La RTBF vous propose le regard et la plume des journalistes de terrain, en Wallonie et à Bruxelles dans le cadre "#Restart", le plan de la RTBF lancé en soutien à la culture et aux médias, secteurs durement touchés par la crise du Covid-19.

Peu de gens le savent, mais il existe un monastère à La Louvière. Il date de 1928 et a été construit grâce à la famille Boch. "Des sœurs clarisses s’y sont installées en 1930 jusque 1993. C’est un lieu de prière, de dévotion à sainte Claire, mais aussi de solidarité. Les sœurs offraient de la nourriture à ceux qui venaient leur en demander", raconte Régis Duez, journaliste à la Nouvelle Gazette Centre. Des mères célibataires ou des familles avec trop d’enfants venaient de temps en temps déposer leur bébé aux sœurs et leur demander de s’en occuper.

Aujourd’hui, le monastère poursuit ces œuvres sociales. "On peut parler de continuité parce que c’est toujours un lieu de prière où on reçoit les gens. Les portes sont toujours ouvertes." C’est aussi un lieu de réinsertion avec divers ateliers. Le doyen et les sœurs franciscaines qui s’y trouvent encore reçoivent de nombreux dons : nourriture, jouets, vêtements, matériel scolaire qui sont donnés aux personnes précarisées de la région.

Un lieu a particulièrement impressionné Régis Duez lors de sa visite. "Un lieu magique qu’on appelle le tour, avec une sorte d’armoire en bois. C’est là que les gens se présentaient, une sœur leur parlait via une trappe en bois. Il y avait une sorte de tourniquet où la sœur déposait du pain des légumes et où les gens apportaient leurs dons."

Pour en savoir plus sur le monastère de La Louvière, retrouvez l’article complet dans la Nouvelle Gazette Centre de ce mercredi.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK