Le ministre de l'Intérieur en visite à Mouscron pour aborder les problèmes frontaliers

Le ministre Jan Jambon lors de sa visite à Mouscron ce mardi.  le ministre de l'intérieur est venu discuter avec le bourgmestre Alfred Gadenne et les représentants de la Police locale de la problématique des villes frontalières.
2 images
Le ministre Jan Jambon lors de sa visite à Mouscron ce mardi. le ministre de l'intérieur est venu discuter avec le bourgmestre Alfred Gadenne et les représentants de la Police locale de la problématique des villes frontalières. - © Guillaume Guilbert

Le ministre de l’Intérieur Jan Jambon (N-VA) est arrivé peu après 11H00 dans la cité des Hurlus où l’attendaient le bourgmestre Alfred Gadenne (cdH) et les représentants de la police locale.

Objectif de la visite: étudier les particularités topographiques de la ville et toute la problématique qui découle de la localisation frontalière d’une ville comme Mouscron.

Le ministre a visité le commissariat de police de Mouscron, ainsi que le centre pour réfugiés "le refuge".

Les problèmes

Parmi les problèmes rencontrés au quotidien par la police locale, le fait que les policiers ne peuvent pas poursuivre un véhicule suspect au-delà de la frontière française. Une interdiction qui facilite le travail des malfrats français qui rentrent rapidement chez eux une fois leur forfait accompli dans un commerce de la cité des hurlus.

Il y a bien des patrouilles mixtes organisées avec les Français mais avec la menace terroriste, les effectifs manquent pour organiser ce genre de patrouilles.

Un commissariat transfrontalier?

Les policiers mouscronnois ont lancé l’idée d’un commissariat transfrontalier où policiers belges et français pourraient travailler ensemble, une idée qu’approuve le ministre de l’Intérieur mais il n’est pas le seul à décider.

Autre problématique soumise au ministre, celle de la prolifération des magasins de nuit particulièrement dans les rues de Mouscron situées à proximité de la frontière, des magasins qui drainent une population qui pose des problèmes la nuit. La police soupçonne également des liens avec le grand banditisme ainsi qu’avec les milieux islamistes.

Jan Jambon dit être occupé à préparer une loi à ce sujet, une loi qui élargirait les possibilités légales des pouvoirs locaux pour s’attaquer à ce type de criminalité qui touche les magasins de nuit.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK