Le Grand Hôpital de Charleroi est prêt à accueillir des patients étrangers sous conditions

Illustration
Illustration - © DIRK WAEM - BELGA

C’est en quelque sorte un renvoi d’ascenseur : quatre hôpitaux belges se sont portés volontaires pour accueillir, dans leurs unités de soins intensifs, des patients étrangers atteints par la covid-19. Onze lits au total leur seront réservés dont plusieurs à Charleroi répartis entre le CHU Marie Curie et le Grand Hôpital de Charleroi.

Pour rappel, en pleine deuxième vague de contamination du virus, des hôpitaux allemands avaient accueilli une trentaine de patients belges pour éviter la saturation de nos services de soins intensifs. Aujourd’hui, la pression est moins lourde chez nous et c’est donc en toute logique que les hôpitaux belges acceptent d’épauler ceux des pays voisins qui sont, à leur tour, au bord de la saturation.

Manfredi Ventura, directeur médical du GHdC, le Grand Hôpital de Charleroi, est serein : "J’estime que la Belgique, et en particulier les hôpitaux liégeois, ont pu bénéficier de la solidarité internationale avec l’Allemagne. Donc, il me semble logique qu’on puisse prendre des patients étrangers. J’ai proposé que deux lits soient mis à disposition aux soins intensifs."


Deux lits disponibles au GHdC pour onze au total en Belgique. Mais l’accueil ne se fera que sous certaines conditions. Car le taux d’occupation dans ces différents services de soins intensifs par des patients covid devra être de moins de 25%. Ce qui n’est pas encore tout à fait le cas au GHdC et il n’est, bien entendu, pas question de remettre sous pression le personnel de ces unités de soins.

Manfredi Ventura confirme cette condition : "C’est pour ça que je n’ai pas proposé d’accueillir plus de deux patients. Les équipes ont pu un peu se remettre mais, malgré tout, elles n’ont pas arrêté de faire du covid depuis neuf à dix mois et donc ça devient très fatigant. Et donc on est très attentif à cela aussi."

A ce stade, la capacité d’accueil de onze lits a été communiquée aux autorités allemandes, françaises et anglaises mais aucun transfert de patient n’a encore été programmé.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK