Lacs de l'Eau d'Heure: une équipe de surveillance sur place en permanence

Un danger important des lacs de l'Eau d'Heure : des algues vertes filamenteuses
2 images
Un danger important des lacs de l'Eau d'Heure : des algues vertes filamenteuses - © rtbf.be - Hugues Decaluwé

Il fait chaud et cette semaine s’annonce torride. Vous êtes nombreux à être en vacances et vous serez des milliers à profiter de la fraîcheur des lacs de l’Eau d’Heure. Mais, on le sait, se baigner dans les lacs est strictement réglementé. Sur les 70 km de berges des cinq lacs, il n’y a que deux zones de baignade surveillées et autorisées. Ailleurs, c’est dangereux. Depuis six ans, une brigade spéciale équipée d’un véhicule pick-up et d’un bateau, surveille les lacs tout l’été.

A la barre du bateau de surveillance, Martine Poucet est la responsable de la sécurité sur l’ensemble du site des lacs. 1.800 hectares ouverts au public où il est impossible de tout surveiller. Du coup, on mise sur la prévention et l’information car se baigner dans les lacs reste très dangereux. Martine Poucet précise à ce propos : "Il y a une centrale hydroélectrique qui fait un effet de fausse marée et qui crée des courants. Il y a également des algues filamenteuses qui sont très dangereuses : à partir du moment où la personne se prend les pieds dedans, elle a peu de chance de s’en sortir."

A bord de l’embarcation se trouvent aussi un pompier et un policier : ça aide pour convaincre ou hausser le ton si nécessaire. Et, depuis six ans que cette équipe de surveillance a été instaurée, Martine Poucet a pu mesurer son utilité : "L’année dernière, nous avons quand même remonté une vingtaine de personnes sur le bateau qui étaient en difficultés et trop loin du bord. Elles n’avançaient plus et il y avait du courant. Elles ne savaient plus rejoindre la rive. Alors, à ce moment-là, on les prend sur le bateau et on les ramène sur le bord."


Ce dispositif est complété par une équipe de pompiers au sol. Dans leur pick-up, leur rôle est aussi de traquer les nombreux barbecues sauvages qui, par ces chaleurs, menacent la végétation.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK