La société montoise Hovertone imagine des expos interactives et covid-safe

Jouer au Pass avec le tableau de Mendeleïev, sans les mains...
Jouer au Pass avec le tableau de Mendeleïev, sans les mains... - © RTBF

Hovertone est une entreprise montoise qui s’est fait connaître dans le secteur des nouvelles technologies au service de la culture. Cette équipe d’ingénieurs artistes crée pour des musées et lieux d’expositions des animations interactives qui associent le jeu et l’émotion. Ces réalisations ont déjà été utilisées par des musées belges et français, parmi eux le Pass à Frameries et la Cité des Sciences à Paris.

Et puis le Covid est arrivé et il a apporté une contrainte supplémentaire : éviter de devoir utiliser les mains. En matière d’interactivité, cela implique qu’il faut utiliser d’autres parties du corps ou "manipuler" à distance. Or, sans le vouloir, avant même la crise sanitaire, Hovertone avait déjà trouvé des solutions "covid-safe". Un exemple : "L’Odyssée des éléments", un jeu vidéo géant installé au Pass l’an dernier à l’occasion du 150e anniversaire du tableau de Mendeleïev. L’objectif pour les joueurs est de remplir en un temps record le tableau des éléments (oui, celui que vous trouviez si barbant au cours de chimie). Pour y arriver, il faut bondir sur le sol pour faire réagir des icônes représentant des objets de la vie courante : un hamburger, un pot de peinture, etc. Sous l’impulsion des pas, les objets libèrent les éléments qui les composent et vont remplir le tableau avec force musique et étincelles.

Les enfants – comme les grands – prennent plaisir à bondir sur cette marelle géante. Sans doute ne comprennent-ils pas toutes les subtilités du génie de Mendeleïev mais les joueurs font connaissance avec les éléments et les relient désormais à des objets concrets, c’est déjà beaucoup. Quant aux mesures sanitaires, elles ne sont pas nécessaires ici comme l’explique Caroline Vrammout, directrice des expositions du Pass : "cette Odyssée des éléments tombe à point nommé, elle est totalement adaptée au contexte actuel puisqu’on ne touche rien […]. On voit que grâce aux technologies et par la créativité rêvée, on peut ouvrir des champs des possibles qui sont énormes". Au-delà de l’aspect sanitaire, c’est l’implication de tous les sens qui est appréciée par le Pass. "On essaye toujours de pousser au maximum les concepts d’interaction et la manière d’entrer en immersion dans le contenu, nous restons très alertes par rapport à tout ce que permettent les nouvelles technologies".

Quand la contrainte stimule la créativité

Fort de cette expérience avec le Pass et avec d’autres musées utilisant des objets interactifs "sans les mains", Hovertone poursuit sur sa lancée. Sur son site, la société montoise propose à ses clients des outils "covid-safe". Nicolas d’Alessandro, cofondateur d’Hovertone donne l’exemple du dernier projet en date, "Liens", un écran tactile sans contact qui permet d’accéder aux informations en déplaçant les doigts dans une espèce de vitrine virtuelle, elle a été réalisée pour l’exposition "L’école de Mons", en juin 2020, au moment du déconfinement : :"on était partis sur un projet d’écran tactile plus traditionnel et en cours de route on s’est demandé s’il n’était pas plus pertinent de trouver autre chose, on a donc trouvé une solution dans l’urgence, puis on s’est dit que cette solution pouvait devenir pérenne pour la consultation de contenus numériques".

On peut donc dire que c’est la contrainte qui a donné de nouvelles idées à l’équipe d’Hovertone ? "C’est connu dans le monde de la créativité, la contrainte vous force à trouver de nouvelles solutions, le Covid est donc devenu un moteur de créativité pour nous !".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK