Les inondés de Beloeil privés d'indemnités: le bourgmestre s'en étonne

Rue Favarcq, à Beloeil
Rue Favarcq, à Beloeil - © J. Giltaire, RTBF

Une erreur aurait-elle été commise dans le traitement du dossier concernant la reconnaissance de la commune de Beloeil comme sinistrée suite aux pluies torrentielles de la deuxième semaine de juin? Le mardi 7 juin, une centaine de maisons de Beloeil ont été inondées, des coulées de boue ont envahi les chaussées. Au total, les dégâts ont été évalués à près d'un demi-million d'euros.

On imagine donc la surprise du bourgmestre, Luc Vansaingèle (PS) quand il s'est rendu compte que sa commune ne figurait pas sur la liste du Fonds des calamités, liste publiée le 6 octobre dernier. Il déclare avoir cherché des explications auprès de l'administration wallonne "et on m'a parlé de mesure prise au pluviomètre de Wasmuël, un village situé à une vingtaine de kilomètres de Beloeil" affirme-t-il.

Cette histoire de pluviomètre éloigné, qui pourrait laisser croire à une erreur de l'administration est tout à fait contestée par Paul Dewil, du Centre régional de crise de la Région wallonne. Il explique que les analyses se basent sur des données fournies par l'IRM, prenant en compte de nombreux pluviomètres proches des lieux cités mais aussi desimages précises fournies par les radars de l'institut. Il est furieux d'entendre parler de bourde commise par ses services.

Mais une erreur aurait peut-être été commise à propos de la date du sinistre. Dans le courrier envoyé par la commune à la Province de Hainaut (chargée de centraliser les demandes à transmettre à la Région) c'est la date du 7 juin qui est indiquée. Or, dans le document de la Région wallonne, il semble que la date prise en compte est le 6 juin. Où et par qui l'erreur a-t-elle été commise? Difficile à dire car il y a de nombreux intermédiaires dans ce dossier. La Région s'engage cependant à réexaminer la demande de Beloeil. Ce qui laisse aux habitants un espoir de se voir un jour indemniser. 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK