La pénurie des professeurs s'aggrave à Gosselies aussi

Illustration
Illustration - © Belga - Nicolas Maeterlinck

La situation pose problème depuis longtemps mais ne cesse de s’aggraver : quasi toutes les écoles doivent faire face à une pénurie de professeurs pour remplacer des absences de longue durée. Dévalorisation de la fonction, lourdeurs administratives, stress : la crise des vocations est là. Et, sur le terrain, dans les écoles, cela devient de plus en plus compliqué. C’est le cas, par exemple, à l’Institut de la Providence à Gosselies.

Treize professeurs absents : c’est la norme dans cette école de 1.400 élèves. Une situation qui, ici comme ailleurs, s’aggrave d’année en année. Pour Joël Biot, directeur de l’Institut de la Providence, "En temps normal, il y a quatre ou cinq professeurs absents pour grippe ou des choses tout à fait normales. On en est maintenant beaucoup plus loin : cette semaine, j’ai vécu entre quinze et 20 profs absents dont cinq, vraiment, que je n’arrive pas à remplacer et là ce sont des absents de longue durée."


Ces absences longue durée ont augmenté en moyenne de 26% en un an. Cette impossibilité de trouver des remplaçants nécessite aussi de gérer les heures d’études avec 200 à 300 élèves. Jean-Marc Loudèche, responsable des éducateurs, explique : "On les rassemble dans de plus grands locaux comme dans le réfectoire et on essaie éventuellement de faire quelques changements d’horaire pour ne pas multiplier des heures d’études ou malheureusement ils perdent un peu leur temps."

Alors comment faire pour trouver des remplaçants ? Pour Joël Biot, c’est sur les conditions de travail des enseignants qu’il faut agir : "Il faut revaloriser le métier de l’enseignant en classe, c’est-à-dire lui donner plus d’autonomie et limiter, voire enlever, pas mal de contraintes administratives."

Un passage obligé, dit-il, pour enrayer cette pénurie qui touche principalement les cours de math, de français, de sciences et de langues.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK