La lutte contre les tags s'intensifie et coûte cher à la ville de Charleroi

Les tags sont désormais pourchassés par les autorités carolos (illustration)
Les tags sont désormais pourchassés par les autorités carolos (illustration) - © rtbf.be - Daniel Barbieux

Près d'un an après leur inauguration, les quais de la Sambre sont déjà devenus le terrain de jeu des tagueurs de tous poils. La ville de Charleroi a décidé de réagir et de renforcer son plan propreté. En début de semaine, la firme Caro Maintenance a ainsi entamé une campagne de "détagage". Il s’agit d’une société spécialisée dans le nettoyage industriel employant quelque 185 personnes. Mais ce sont une dizaine de ces travailleurs qui ont nettoyé les quais de la Sambre.

Depuis 2013 la Ville s'est lancée dans la lutte contre les tags. Pour les autorités de Charleroi, nettoyer rime avec sécurité. Le plan propreté a donc été renforcé.

En 2013, 20 000 euros avaient été investis mais, en 2015, ce ne sont pas moins de 60 000 euros qui ont été placés dans la lutte contre les tags. L'échevin de la propreté, Cyprien Devilers (MR), nous explique pourquoi: " Le marché a triplé parce qu’on nettoie beaucoup plus. Auparavant les tags restaient alors que maintenant nous les enlevons. C’est d’ailleurs le meilleur moyen de dissuader les tagueurs de venir. Il faut leur faire comprendre que, immédiatement, il y aura un nettoyage de l’espace public et que les cochonneries qu’ils feront sur le domaine public seront rapidement effacées. Il n’y a rien de pire que de laisser les tags persister parce que ça donne un sentiment d’abandon de l’espace public, ça renforce le sentiment d’insécurité et ça donne aussi une impression de malpropreté. La meilleure police que l’on puisse avoir c’est la police sociale. Bien entendu, il faut de la répression. C’est important et nous sommes très demandeurs d’avoir une répression accrue par rapport au phénomène du tag, mais, au-delà de ça, la meilleure surveillance est celle que chaque citoyen exerce. "

Durant les quatre prochaines années également, pas moins de 60 000 euros seront investis annuellement pour enlever les tags dans les 15 communes de Charleroi.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK