La Louvière : 4 euros de frais de garderie impayés se changent en une dette de 600 euros

Situation étonnante à La Louvière : la Ville réclame plus de 600 euros à une mère célibataire pour des frais de garderie de quelques euros à la base. C’est le résultat d’une longue procédure judiciaire aggravée par une situation sociale compliquée. Ce cas illustre les difficultés administratives et financières des personnes les plus précarisées chez qui, en matière d’impayés, l’engrenage de la dette peut parfois s’emballer.

Au départ, cette mère célibataire devait quatre petits euros de frais de garderie et une trentaine d’euros de frais administratifs à une école de La Louvière. Aujourd’hui, elle doit plus de 600 euros à la Ville et ne comprend pas comment elle a pu en arriver là. Elle n’a jamais vu les factures réclamées : elle dit que, séparée de son compagnon, ce dernier a tout jeté à la poubelle.

Contactée par nos soins, la direction de l’école affirme avoir tenté de prévenir la mère via sa fille adolescente qui vient chercher son frère à l’école. Elle confirme aussi avoir transféré les petits impayés à la Ville qui a alors activé son service financier comme l’explique Valérie Dessales, directrice financière de la Ville de La Louvière : "La procédure de recouvrement démarre d’abord par l’envoi de la facture avec un premier délai de paiement puis l’envoi d’un premier rappel avec cinq euros de frais de rappel. Ensuite, il y a un deuxième rappel avec dix euros supplémentaires. Et là, s’il n’y a aucune suite qui est réservée à cette procédure amiable, les dossiers sont transmis en récupération forcée auprès de l’huissier qui est mandaté par la Ville."

Le cabinet de l’huissier explique, quant à lui, proposer également une procédure à l’amiable avant d’appliquer les tarifs des différents rappels imposés par la loi. Une négociation est, paraît-il, toujours possible car les cas de rétention d’informations par un conjoint hostile ne seraient malheureusement pas rares.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK