La Leuzoise Moïra encouragera les Diables rouges depuis le Japon : "Le réveil va sonner à 3 heures"

Elle a programmé son réveil un peu avant 3 heures du matin, histoire de ne pas louper le début du match. La Leuzoise Moïra Claix (18 ans) vit en ce moment une année d’échange au Japon, et le huitième de finale du Mondial prévu ce lundi soir (mardi matin là-bas) entre la Belgique et son pays d’accueil aura une saveur un peu particulière.

Ce rendez-vous, elle ne l’aurait loupé pour rien au monde. Comme les autres matchs de la Coupe du monde d’ailleurs. "Je regarde les rencontres des Diables rouges, même s’il faut parfois veiller la nuit, explique-t-elle. Je suis aussi devant l’écran avec ma famille d’accueil lorsque le Japon entre en action. Le papa de ma famille d’accueil est un grand fan" Même si son cœur reste noir-jaune-rouge, Moïra sera un peu partagée au moment du coup d’envoi de la rencontre. "Je ne sais pas comment je vais faire. A mon avis la Belgique va gagner, mais j’espère que le score ne sera pas trop sévère. Un petit 2-0, ça serait suffisant."

Après quelques mois au Japon, Moïra a pu se rendre compte de la notoriété des joueurs belges là-bas. "J’ai été très surprise car les Diables sont très connus ici, reprend-elle. La prononciation des noms est un peu différente : Hazard devient par exemple Hazareuh. Il y a des noms qu’ils n’arrivent pas à prononcer donc ils se contentent des numéros (NDLR : Alderweireld en fait sans doute partie). J’entends par ailleurs beaucoup de gens défaitistes. Ils disent que le Japon n’a aucune chance contre la Belgique et qu'ils sont déjà contents d’avoir déjà atteint les huitièmes."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK