La grogne des routiers au poste frontière de Rekkem

"A travail égal, salaire égal au même endroit" clament les syndicats belges et français
"A travail égal, salaire égal au même endroit" clament les syndicats belges et français - © RTBF - Florence Dussart

"Nous combattrons l'esclavagisme moderne". C'est le message de l’ETF (la Fédération Européenne des travailleurs du Transport) ce matin au poste frontière de Rekkem, sur l'E17 entre Courtrai et Lille. La CSC Transcom et les syndicalistes français ont distribué des tracts aux automobilistes dans les deux sens de circulation.

Des tracts pour dénoncer le dumping social, pour réclamer de meilleures conditions de vie et de travail pour les chauffeurs routiers. "Les chauffeurs routiers réclament le droit d’être traités comme des êtres humains, précise la CSC, quelle que soit leur nationalité. Nous combattons l’esclavagisme moderne qui pourrait être facilité par certaines propositions". (ndlr: les propositions du "Paquet Mobilité de la Commission Européenne, qui prend des mesures en vue de moderniser la mobilité et les transports européens).

Plusieurs dizaines de représentants des travailleurs ont donc fait passer le message au poste frontière. Leur action a causé quelques ralentissements mais leur objectif n'était pas de bloquer le trafic. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK