La Croix-Rouge accompagne les enfants pour rendre visite à leurs parents en prison

Les bénévoles de la Croix-Rouge emmènent les enfants jusqu'aux portes de la prison.
Les bénévoles de la Croix-Rouge emmènent les enfants jusqu'aux portes de la prison. - © Google

Le projet s’appelle "Itinérance". Il permet chaque année à des centaines d’enfants de rendre visite à leurs parents incarcérés dans les prisons de Fédération Wallonie-Bruxelles. En Hainaut, 150 volontaires donnent de leur temps pour ce projet porté par la Croix-Rouge de Belgique. Leur rôle ? Conduire les enfants de leur lieu de vie à la porte d’entrée de la maison d’arrêt.

Si parfois l’enfant habite à quelques encablures de la prison où son parent est incarcéré, ce n’est pas toujours le cas. "Dans le milieu carcéral, il arrive que des prisonniers soient transférés d’un endroit à l’autre, explique Antoine Taty, le coordinateur hennuyer du projet Itinérance. Certains de nos bénévoles font donc des kilomètres pour permettre ces rencontres. Parfois jusqu’à 250 sur une journée lorsqu’il faut conduire un enfant de Mons à Lantin, par exemple."

Ces bénévoles ne sont pas pour autant des taximans, prévient Antoine Taty. "Ils sont aussi là pour jouer les intermédiaires avec le intervenants sociaux de la prison. Ils ont également un rôle d’écoute et de soutien des enfants. Sans pour autant remplacer papa ou maman." S’il est évident que des liens se créent entre les bénévoles et les enfants, ces liens sont bien souvent éphémères. "On sait quand l’accompagnement commence. Pas quand il se termine, poursuit notre interlocuteur. Le bénévole est là pour apporter un peu d’humanité à l’enfant mais il doit se préparer à ce que ça s’arrête du jour au lendemain."

En Hainaut, une centaine d’enfants bénéficient du projet. Pour les bénévoles, certains accompagnements sont plus marquants que d’autres : "Quand on se rend sur le lieu de vie des enfants, on est parfois confrontés à des conditions de vie difficile. On se dit qu’on ne peut que les aider. J’ai une fois accompagné un enfant de 2 mois dans une prison pour qu’il rencontre sa maman. C’est un moment qu’on n’oublie pas. On se sent aussi utile et fier quand un enfant revient d’une visite en prison avec le sourire."

La Croix-Rouge est toujours en recherche de bénévoles pour ce projet. Pour le devenir : une formation d’un jour suffit. "C’est une formation d’une journée On leur explique l’esprit du projet et on leur dit comment se comporter avec les enfants.", conclut Antoine Taty.

www.croix-rouge.be

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir