La commune d'Ecaussinnes est défavorable au projet de porcherie industrielle à Ronquières

Illustration
Illustration - © Belgaworld

Un projet de création de porcherie industrielle à Ronquières (Braine-le-Comte) fait couler beaucoup d’encre dans la région du Centre. Mercredi, la commune voisine d’Ecaussines a remis un avis défavorable dans le cadre de la procédure et appelle à soutenir une agriculture locale de qualité, respectueuse des producteurs, des animaux et de l’environnement.

Ce projet propose une infrastructure globalement similaire à celle qui avait été refusée, en 2017, par les deux communes hennuyères : une porcherie d’engraissement pour 1.800 porcs, une aire couverte, une citerne de 5.000 litres de mazout, une aire de chargement, stockage d’une tonne de produits phytos, niche à cadavres, une cabine électrique de 160 KvA, etc.

"Certains aspects problématiques du dossier se sont même aggravés, comme le pompage de 3.000 m³/an d’eau supplémentaires dans la nappe phréatique, via un forage de plus de 50 mètres de profondeur, portant l’impact du projet à 8.000m³/an", indique Arnaud Guérard, échevin chargé de l’Aménagement du territoire et du Développement durable à Ecaussinnes. "De plus, aucune étude d’incidence sur l’environnement n’est prévue, puisque la demande introduite se situe juste en dessous du seuil (nombre de porcs inférieur à 2.000) qui aurait fait basculer le projet en classe 1, rendant cette étude obligatoire."

La commune d’Ecaussinnes pourrait être impactée par cette porcherie industrielle, notamment pour la mobilité et l’environnement. "Le projet proposé relève d’un modèle agro-industriel qui soulève des préoccupations environnementales réelles, au détriment d’une agriculture locale et des producteurs de proximité, garants de qualité et de la préservation du cadre de vie".

Le collège communal d’Ecaussinnes appelle la ville de Braine-le-Comte à maintenir une décision cohérente en confirmant le refus remis dans le cadre de la première demande de permis.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK