L'UMons lance un "Jardin Punk Challenge" : et si vous arrêtiez de tondre ?

L'UMons a déjà créé son jardin punk autour de son campus.
2 images
L'UMons a déjà créé son jardin punk autour de son campus. - © UMons

Laissez la tondeuse au fond de votre chalet de jardin cet été ! C’est le défi que vous lance l’université de Mons avec le "Jardin Punk Challenge". Une invitation à ne pas transformer votre jardin en terrain de golf, et à laisser revenir certaines plantes et fleurs naturelles au milieu des pelouses.

"Le jardin punk vient un peu casser les codes, explique Baptiste Leroy, chef de travaux à l’UMons et l’un des initiateurs du projet. On veut faire passer comme message qu’un jardin ce n’est pas seulement quelque chose de rectiligne où un robot automatique vient couper tout ce qui dépasse. Il y a aussi d’autres moyens d’entretenir son jardin qui prennent moins de temps…"

Laisser faire la nature, même dans un seul coin de votre jardin, peut ainsi se révéler utile pour la biodiversité. "Quand on regarde une photo satellite d’une ville, on constate que les jardins représentent un espace conséquent. Si cet espace est occupé par des plantes de nos régions, ça représente une ressource alimentaire très importante pour les insectes. Et c’est forcément bénéfique."

L'UMons montre l'exemple

Du côté de l’UMons, on a d’ailleurs choisi de montrer l’exemple en arrêtant de tondre les pelouses du campus de la plaine de Nimy. "C’est le cas depuis mars et le début du confinement, reprend Baptiste Leroy. Comme il n’y avait plus aucun étudiant sur le campus, la question de la tonte s’est posée. Et depuis que nous avons choisi de ne plus tondre que les bordures du terrain, on voit revenir certaines fleurs et de nombreux insectes."

D’où cette idée de lancer le "Jardin Punk Challenge", à l’initiative du Conseil du Développement Durable de l’UMons et le MUMONS. Les meilleurs clichés de vos jardins rebelles sont attendus avant le 31 août sur les pages Facebook et Instagram du MUMONS ou par mail à l’adresse mumons@umons.ac.be.

5 gestes pour favoriser la biodiversité

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK