L'inquiétude des commerçants avant l'arrivée de Primark à Mons

L'inquiétude des commerçants avant l'arrivée de Primark à Mons
3 images
L'inquiétude des commerçants avant l'arrivée de Primark à Mons - © Tous droits réservés

Des commerçants montois inquiets mais pourquoi? Ils pourraient bien devoir s'aligner sur les horaires de Primark. 19h30, 19h45 voir 20h...L'enseigne primark est connue pour fermer à des heures très tardives ses magasins. Alors...à quelques semaines de l'ouverture du magasin Primark de Mons, pas mal de commerçants s'interrogent. Vont-ils devoir s'aligner? ouvrir plus tôt, fermer plus tard? Il y a des pour et des contre…

Les pour... 

Pourquoi pas retarder l'heure de fermeture, nous disent généralement les petits indépendants. Mais à condition que ça leur ramène des clients. Et que ça couvre les frais supplémentaires, de chauffage, de personnel! "C'est un peu la dernière chance", résume un indépendant du piétonnier. "Vu l'état du commerce actuellement, vu la fréquentation, je pense qu'il faut tenter le coup", complète Alfonso. Il a ouvert son premier magasin il y a 40 ans à Mons. "En ce moment, c'est catastrophique. S'il y a moyen d'avoir plus de clientèle en ouvrant plus tard, je pense que nous devons le faire. Travailler plus, pour gagner plus...". 

Les contre...

Pas question, nous disent d'autres vendeurs et vendeuses, souvent employés par de grandes chaines. Ils ont peur, clairement, de se voir imposer des horaires beaucoup plus lourds. Et eux n'y gagneront rien. Leur salaire ne va pas évoluer. "On a une vie de famille, c'est déjà assez compliqué comme ça…fermer à 18h, travailler les Week-ends...stop à toujours plus de flexibilité!" s'emporte une vendeuse. "Nous avons interrogé notre direction", nous dit-on dans une bijouterie. "Pas de réponse pour l'instant, mais nous nous attendons à ce qu'il y ait des changements d'horaire". "Chez nous, la gérante nous a rassurées", poursuit une autre vendeuse, "elle ne compte pas modifier les horaires. On ouvre déjà jusque 18h30 c'est amplement suffisant". "Pour moi, il faut qu'il y ait un effet de groupe, sinon ça ne fonctionnera pas", précise le gérant d'une librairie. "Si un ou deux magasins s'alignent, ça ne sera pas suffisant, ça ne se saura pas, les clients n'auront pas le réflexe de poursuivre leurs achats ailleurs que chez Primark". "Moi j'ai connu l'installation de Primark dans la Grand Rue à Bruxelles. Mon enseigne s'est d'abord alignée sur leurs horaires, nous avons fermé plus tard. Mais ça n'avait pas d'effet significatif sur le chiffre d'affaires, la fréquentation. Donc nous sommes revenus aux horaires d'avant".  

Que dit la loi?

Peut-on changer les horaires pour un oui ou pour un non (ou pour l'arrivée de Primark)? "C'est beaucoup plus compliqué que ça", avertit Bertrand Delplanque, permanent au SETCA de Mons. "Il y a des normes, des règlements de travail à respecter!" Les règlements de travail sont plus ou moins "bétonnés", plus ou moins précis sur les horaires des caissiers, des vendeurs. "Parfois les horaires sont inscrits noir sur blanc. Ou il y a un quota d'heures maximum, par semaine. Ca dépend". Mais les syndicats mettent en garde contre des décisions sauvages, unilatérales. Ils disent aussi que pour eux le problème, dans le piétonnier, est plus profond que ces questions d'horaires d'ouverture et de fermeture. "C'est la viabilité de nombreux commerces qui est clairement en jeu, à l'heure actuelle. Des commerces qui fondent d'énormes espoirs dans l'ouverture de Primark". A l'heure actuelle, Primark n'a pas encore annoncé quels seraient ses horaires d'ouverture et de fermeture exacts, à Mons. L'enseigne devrait ouvrir ses portes le 25 mars. Plus de 3000 personnes ont déjà postulé pour occuper un des 190 emplois vacants.

Archives : Journal télévisé du 11/10/2015

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK