Important incendie à Jumet dans un stock illégal de pneus

Un important incendie a ravagé un stock de plusieurs milliers de pneus, durant la nuit de samedi à dimanche, à Jumet (Charleroi). Plusieurs escouades de pompiers ont été nécessaires pour contenir le brasier. Selon la police locale, le stock était illégal.

Un violent incendie s'est déclaré vers 03h30 dans un dépôt de pneus de la rue Docteur Pircard à Jumet.

Selon les pompiers de Charleroi, entre 2000 et 5000 pneumatiques étaient ainsi entreposés sur ce terrain serpentant entre plusieurs habitations. Un petit garage a été détruit par les flammes qui ont atteint plusieurs mètres de hauteur et menacé un temps les maisons voisines.

La surveillance continue

Les hommes du feu ont fait appel à trois escouades ainsi qu'à des renforts en citernes des casernes de Thuin et Fleurus, vu les problèmes d'approvisionnement en eau. Plusieurs bonbonnes de gaz menaçaient d'exploser mais ont finalement été sécurisées.

"Maintenant, l'incendie est tout à fait maîtrisé, nous éteignons les derniers foyers, commente le porte-parole des pompiers de Charleroi, Michel Méan. Il faut savoir que les feux de pneus durent assez longtemps étant donné qu'ils se réembrasent facilement."

Par sécurité, il faut dès lors continuer de surveiller les lieux. "Nous avons gardé des hommes sur place, un dispositif moindre bien sûr. Et nous allons effectivement devoir surveiller cet incendie encore pour quelques heures de la journée."

Un PV du service environnement de la Région Wallonne

Selon la police locale de Charleroi, le stock était parfaitement illégal et le Service Public de Wallonie avait déjà demandé plusieurs fois la remise en état des lieux. Il est par contre étranger à la société Vanca voisine qui, elle aussi, entrepose des pneumatiques, mais en toute légalité.

"Il y a bien deux sociétés de pneus différentes : l'une qui est tout à fait légale et qui respecte les règles, et une autre, un particulier, qui a déjà fait l'objet d'un PV du service environnement de la Région wallonne et qui devait enlever ces pneus. Ces pneus qui ont finalement brûlé", précise encore Michel Méan.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK