L'effarouchement avec des rapaces pour lutter contre la prolifération des pigeons

En un sifflement, Maïté Hannaert rappelle Hagrid, son collègue à plumes. Le rapace, une buse de Harris, vole dans les parkings couverts du centre hospitalier de Mouscron. Il est à la recherche de pigeons. Mais il faut bien l’admettre, ils sont aujourd’hui très discrets : "Il n’y en a même plus du tout, sourit Maïté. J’ai l’impression qu’ils ont compris le message."

Cela fait en effet plusieurs semaines que Maïté fait voler ses buses à cet endroit. Elle pratique en fait l’effarouchement. A la demande de l’hôpital, elle est intervenue pour faire fuir une colonie de pigeons. "Ici les pigeons sont partis mais il faut continuer à assurer une présence avec un rapace de temps en temps. Pour faire durer le sentiment d’insécurité et éviter qu’ils ne reviennent s’installer", précise-t-elle.

"Si vous levez les yeux, vous ne verrez plus un pigeon"

3 images
Hagrid, l'une des buses de Harris de Maïté, en plein travail dans les parkings couverts du centre hospitalier mouscronnois. © RTBF
La buse de Harris est utilisée pour les interventions en bas vol. Pour les interventions dans zones plus dégagées, le faucon est privilégié. © RTBF

Faire fuir les nuisibles sans pour autant les tuer, l’idée a séduit l’hôpital mouscronnois. Pour son responsable technique Jérémie Leleu, il fallait trouver une solution face à l’accumulation de fientes. "Dans un hôpital, cela pose un problème sanitaire, explique-t-il. On avait aussi pas mal de dégradations dues aux fientes sur nos installations techniques. Il fallait donc agir. Et ici, l’effarouchement a bien marché. Si vous levez les yeux, vous ne verrez plus un pigeon."

Le travail de Maïté Hannaert n’est pas pour autant terminé. Pour que la méthode soit efficace, les contrats d’effarouchement durent bien souvent un an.

Outre l’hôpital mouscronnois, de nombreuses entreprises font appel aux services des effaroucheurs. Les pigeons ne sont pas les seules cibles. Les rapaces peuvent aussi éloigner les goélands ou les mouettes. Pour ces missions d’effarouchement, Maïté et sa petite entreprise "Hawk's Spirit" sont d’ailleurs sollicités jusque dans le nord de la France.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK