L'asbl ARRET cherche des familles d'accueil pour les enfants de Tchernobyl

30 ans après la catastrophe, les villages abandonnés du Bélarus subissent encore d'intenses radiations
30 ans après la catastrophe, les villages abandonnés du Bélarus subissent encore d'intenses radiations - © Belga/AFP

Aujourd'hui et pendant des années encore, les enfants du Bélarus sont et seront encore exposés aux radiations nucléaires. Ils ont donc besoin de s'éloigner de chez eux et de multiplier les séjours à l'étranger pour se sentir mieux.

L'association sans but lucratif ARRET (Accueil, Renaissance, Renouveau pour Enfants de Tchernobyl) fait venir chaque été depuis des années des enfants du Bélarus chez nous en Hainaut. Il s’agit pour ces derniers de se reposer  un mois dans notre région, loin de cette radioactivité, et en mangeant de la nourriture saine, non contaminée. Mais l'asbl tire la sonnette d'alarme: il n'y a plus assez de familles d'accueil.

Pendant ces quinze dernières années, plus de 1 800 enfants biélorusses sont venus passer un mois d'été chez nous grâce à l'asbl ARRET. Mais, profitant de la médiatisation du 30e anniversaire de la catastrophe nucléaire, Anne Lesage, la présidente, tire la sonnette d'alarme: il n'y a plus assez de famille candidate à l'accueil. " On s’imagine qu’après trente ans de catastrophe, tout est terminé là-bas. Et bien non. La contamination continue et le taux de cancers est beaucoup plus élevé. "

Car le drame de cet accident nucléaire, c'est que la contamination est toujours aussi présente, et partout, comme nous l’a expliqué Victoria AgovskaIa, première secrétaire de l'ambassade du Bélarus: "L’eau, les forêts, la terre et la nourriture produite localement sont des causes de la contamination. "

Les enfants viennent à partir de l’âge de huit ans, ils restent un mois chez vous en juillet ou en août et ils n'attendent plus que votre bonne volonté. Et, pour toute info si vous êtes intéressés par l'accueil de ces enfants, vous pouvez vous rendre sur le site web de l'association.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK