L'A54 est l'autoroute la plus meurtrière de Wallonie

Pour la période 2014-2015, on a recensé sur l'A54 81 tués par 100 km d'autoroute.
Pour la période 2014-2015, on a recensé sur l'A54 81 tués par 100 km d'autoroute. - © DR

Pour la période 2014-2015, on y compte 81 tués par 100 km d'autoroute. Pour Benoît Godart, le porte-parole de Vias (le nouveau nom de l’IBSR, l'Institut belge de la sécurité routière), les raisons sont à trouver dans une grande descente avec virages vers Charleroi, ainsi qu'à une longue ligne droite qui incite à appuyer sur le champignon.

Première explication avancée: la vitesse. "Entre Jumet et Charleroi, il y a une forte descente. Il est très difficile d’y faire des contrôles de vitesse, d’autant plus que la berme centrale y est très réduite. Dans l’autre sens également, entre Gosselies et Nivelles, c’est une ligne droite qui permet – quand il n’y a pas de travaux – d’y rouler assez vite."

"C’est clair que de temps en temps, poursuit Benoît Godart, des contrôles se font du côté de Luttre mais il en faudrait davantage encore parce que c’est quand même une autoroute qui est très densément fréquentée, tant en semaine que le weekend."

Et les chiffres sont "malheureusement implacables" : sur l’A54, on recense près de 81 tués sur 100 km d’autoroute, soit un bilan 1,5 fois plus élevé que – par exemple – les autoroutes en province de Luxembourg…

Et cela risque de s'aggraver une fois que les travaux actuels de rénovation seront terminés. "A partir du moment où les travaux seront terminés, il est indispensable d’y faire régulièrement des actions de contrôle à tous les endroits possibles, parce qu’on risque d’avoir encore de mauvaises surprises: des conducteurs vont y rouler beaucoup trop vite."

Pourquoi ne pas installer plus de radars ?

Des radars sont déjà installés dans les endroits les plus dangereux: dans le virage de Petit-Roeulx et dans celui de Jumet. "C’est même assez rare d’avoir des radars automatiques aussi proches les uns des autres. Mais cela ne suffit manifestement pas. Il faut voir s’il n’y a pas la possibilité, dans les années à venir, de mettre un radar-tronçon sur toutes l’étendue de l’A54." Pour ne pas y contrôler la vitesse en un endroit précis mais pour la réduire sur l’entièreté de l’autoroute.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK
Soir Première
en direct

La Première Bxl

Soir Première