Journée mondiale du rein: l'obésité, important facteur de risques de maladies rénales

Journée de dépistage et de sensibilisation organisée par l'hôpital de Baudour
Journée de dépistage et de sensibilisation organisée par l'hôpital de Baudour - © Margaux Cerisier

Cette année, la journée mondiale du rein met l’accent sur l’obésité, qui touche 15% de la population adulte en Belgique. Le surpoids touche, quant à lui, 35% de la population.

D'abord, l’obésité provoque des risques d’hypertension artérielle et de diabète, qui sont les principales causes indirectes de maladies rénales. Mais le surpoids est également synonyme de besoins énergétiques beaucoup plus importants au niveau des reins, entraînant sur eux un impact négatif direct. La première mesure à prendre pour ralentir, voire arrêter la progression de la maladie rénale est donc de réadapter, rééquilibrer l’alimentation et l’hygiène de vie.

La population n’est pas vraiment consciente des risques que l’obésité peut entraîner sur les reins. C’est la raison qui pousse plusieurs hôpitaux à mettre sur pied des journées de sensibilisation et de dépistage. Organisées dans plusieurs pays, ces journées visent à alerter la population, les patients et les pouvoirs politiques des mesures urgentes à mettre en place pour réduire les problèmes de surpoids. Mais même si ce fléau peut toucher toutes les catégories de la population, c’est chez les jeunes qu’il est le plus inquiétant et ce, principalement à cause "des aliments très sucrés comme les sodas ou la restauration rapide. Leur trop grande consommation représente un problème de santé publique et des mesures importantes voire radicales doivent être prises pour modifier la tendance. Il y a urgence." nous explique Frédéric Debelle, néphrologue à l’hôpital de Baudour, qui a participé à une journée de dépistage organisée à Jurbise. 

Quelles sont les mesures à prendre ?

L’information est la première chose à mettre en place et il est important de promouvoir l’alimentation saine et la nécessité d’une activité physique régulière. Ces deux principales mesures permettent ensemble de diminuer le surpoids, le risque d’hypertension artérielle et le diabète. "On a l’impression d’enfoncer des portes ouvertes, mais vu l’évolution des choses, je crois qu’il faut continuer et être plus insistant en ce qui concerne l’hygiène de vie." précise Frédéric Debelle.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK